publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Du patrimoine accessible à tous au patrimoine construit par tous
Partager : 
Imprimer

Journées européennes du Patrimoine

Du patrimoine accessible à tous au patrimoine construit par tous

A partir de la thématique nationale, le Grand Lyon a choisi d’intégrer à l’édition 2009 des Journées Européennes du Patrimoine, les 19 et 20 septembre prochains, la rencontre des lieux et des habitants de quartiers riches d’un patrimoine autre que muséal. L’exemple de la Soie à Vaulx-en-Velin.

« Parmi les 500 offres, nous essayons d’en faire ressortir quelques unes selon le thème du ministère de la culture, révélé à l’issu de l’édition précédente », explique Bruno Delmas, coordinateur des Journées Européennes du Patrimoine (JEP) auprès du Grand Lyon. Il s’agit cette année « D’un patrimoine accessible à tous », pour marquer le 50e anniversaire de la création du ministère de la culture et de la communication par André Malraux. De fait, l’accent est mis sur les publics qui ont le plus de difficultés à accéder à la culture, comme les enfants, les personnes âgées ou en situation de handicap. A titre d’exemple, l’usine des eaux de Saint-Clair, à Caluire, proposera samedi et dimanche une visite pour les sourds et malentendants à 14h20.

Tout l’enjeu 2009 dans la région urbaine de Lyon a été le glissement « du patrimoine accessible à tous, au sens Malraux du terme » au « patrimoine construit par tous, une interprétation plus contemporaine ». Rentrent dans cette thématique les balades urbaines organisées par le musée Gadagne, l’ouverture exceptionnelle de l’Hôtel de la Communauté urbaine ou les rencontres des habitants dans les quartiers. A la Guillotière, l’association Aralis, invitera les badauds à la découverte d’un patrimoine immatériel « communautaire », à travers un karaoké indien ou un repas arménien. Mermoz, la Duchère, Rillieux, Vénissieux ou encore le quartier de la Soie à Vaulx-en-Velin seront également concernés. « Nous avons mis au point un programme sur tout le territoire et pas seulement à l’échelle administrative de Lyon. La soie, ce n’est pas que les canuts, c’est beaucoup plus large », poursuit Bruno Delmas.

Les JEP déroulent le fil de la Soie

L’association KompleXKapharnaüM anime depuis deux ans les projets Phare dans le quartier de la Soie en reconstruction. Des artistes, en résidence pendant 10 jours au mois de septembre, proposeront aux visiteurs une promenade à la rencontre des habitants et des lieux. A commencer par le château d’eau, la « bobine » pour les intimes, qui fera office de point de départ à une errance libre des visiteurs de 16 heures à 22 heures. Façade de l’usine désaffectée, arrière de la banque alimentaire, café « La boule en Soie », jardins ouvriers de la cité TASE (Textile artificiel sud-est), pavillons de la petite cité TASE : autant de lieux incongrus propices aux installations plastiques et aux interventions artistiques en tout genre. A l’instar du collectif Echelle inconnue qui proposera sa vision de la smala d’Abd-el-Kader, la ville mobile imaginée par le résistant algérien pour échapper aux troupes ennemies. Un repas de quartier est prévu pour encourager les habitants à s’approprier l’animation.

« Nous n’avions pas du tout pensé être dans les Journées Européennes du Patrimoine, souvent rattaché aux vieilles pierres. C’est un pied de nez, mais ce n’est pas le but premier des projets Phare », commente Stéphane Bonnard, de KompleXKapharnaüM, avant d’interroger : « Que va-t-on faire de ce patrimoine existant dans un quartier qui tend à être transformé ? ».

« Notre participation aux Journées Européennes du Patrimoine confirme l’inscription de Vaulx-en-Velin dans le Grand Lyon », se réjouit pour sa part Nass Hassani, élu en charge de la culture à la mairie de Vaulx-en-Velin. Le quartier de la Soie, à cheval sur Vaulx-en-Velin et Villeurbanne, s’est développé autour d’une usine de soierie artificielle, classée depuis un mois Monument Historique. Après la révolte des canuts, les grands patrons, à l’instar de la famille Gillet, délocalisent les métiers à tisser en périphérie. A partir de 1914, la population à Vaulx-en-Velin passe de 1 300 à 15 000 habitants en quelques années. On retrouve des ouvriers de plus de quatre vingt dix origines différentes, logés à côté de l’usine. Terrain de sport, café, église : l’esprit est très paternaliste. De la fermeture de l’usine de textile, il y a une trentaine d’années, au projet de renouvellement du Grand Lyon, via les projets Phare, le quartier de la Soie, lui aussi porteur de mémoire, n’a pas bougé.

Photos : lyon-info.fr

Publié le : mercredi 29 juillet 2009, par Marla Singer

Réagir : 

Galerie photos (3 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bouquinistes

Comment vendre ses livres d'occasion à Lyon ?

Aussi amoureux qu'on puisse être de livres, soyez honnêtes, combien de livres de votre bibliothèque avez-vous relu (...)
La suite
Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite