publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > La prison de l’horreur devient un lieu de mémoire
Partager : 
Imprimer

Montluc

La prison de l’horreur devient un lieu de mémoire

Lors de sa venue à Lyon lundi dernier, le Premier ministre François Fillon a visité en avant première le futur mémorial du Fort Montluc. Construite entre 1831 et 1835, cette ancienne prison militaire fut réquisitionnée en novembre 1942 par la Gestapo. Jean Moulin y a été incarcéré quelques jours avant son transfert à Paris. Encore en travaux, le lieu ouvrira définitivement au public en septembre à l’occasion des Journées du patrimoine.

Ernest et Zarha Touitou vivaient à Saint Fons. Lauréats du prix Cognacq-Jay, ils étaient parents de 11 enfants. Henri, l’aîné avait 16 ans, Gilbert, le plus jeune n’en avait que 3. Incarcérés à Montluc, avant d’être transférés à Drancy, puis déportés à Auschwitz, la famille fut presque entièrement exterminée. Seuls les 2 aînés Henri et Joseph (15 ans) survécurent. Leur crime ? D’avoir été de confession juive.

Comme eux, des milliers d’hommes et de femmes étaient entassés au Fort Montluc, à plusieurs dans des cellules de 3 ou 4 m², avec un seau d’eau comme seul mobilier, pour un temps plus ou moins long, en attente de déportation ou de transfert. C’est à tous ces gens connus ou anonymes que le futur lieu de mémoire du Fort Montluc entend rendre hommage.

Dans chaque cellule est affiché le portrait d’un détenu qui est passé dans cette ancienne geôle nazie. Ils étaient résistant, pasteur, curé ou préfet. Nul ne sait encore qui a occupé quelle cellule. Ainsi c’est au hasard que les plaques ont été apposées. Dans une pièce collective, une affiche rappelle la colonie d’Izieu, où 44 enfants et 7 adultes juifs ont été arrêtés en 1944, puis déportés et tués à Auschwitz.

La transformation en lieu de mémoire de cette ancienne prison de 3 étages fait partie du plan de relance du gouvernement.

Photos : © lyon-info.fr

Publié le : jeudi 24 juin 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (5 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



1 commentaire pour cet article


  • La prison de l’horreur devient un lieu de mémoire 16 septembre 2010 à16:59, par jJP BLACHIER

    bonsoir
    Pouvez-vous me communiquer les heures d’ouvertures pour les journées du patrimoine le samedi 18/09/2010.
    Mon père a ete emprisoné du 03/03/1944 au 16/04/1944 à Montluc ,puis Compiegne ,Buchenwald , Sachsenhausen ,rapatrié par avion àl’htel luttetia à Paris le 08/06/1945.DCD à ce jour.

    merci pourla réponse.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite