Coupe de France

Plus de 3000 personnes à Lyon pour acclamer leurs champions

Quatre ans que Lyon attendait cela. La place de la Comédie (entre l’Hôtel de ville et l’Opéra) était noire de monde dimanche après-midi. Plus de 3000 supporters s’étaient rassemblés pour acclamer les joueurs de l’Olympique lyonnais après leur victoire en finale de Coupe de France.

Rendez-vous avait été donné à 16h30, afin de fêter la victoire des Gones, samedi contre Quevilly (1-0). Si l’ambiance était conviviale et chaleureuse, les supporters enthousiastes et les sourires sur tous les visages, il y avait toutefois moins de ferveur populaire qu’en 2008. Et pour cause : il y a quatre ans, les Gones fêtaient leur septième titre de champion d’affilé, doublé de la Coupe de France. C’était alors une place des Terreaux archi-comble, qu’ils avaient saluée depuis le balcon de l’Hôtel de ville. Cette fois-ci ils sont montés sur un balconnet plus discret, face à la place de la Comédie, plus petite.

A la descente du bus, Hugo Lloris, Cris et Lisandro ont fait le plain à l’applaudimètre, tandis que les supporters entamaient des chants pour chacun des joueurs. Dejan Lovren, blessé la veille en finale de Coupe, suivait ses partenaires en béquilles.

Puis, Rémi Garde rejoignait les festivités, brandissant la coupe par la fenêtre d’une Audi 4x4, celle Jean-Michel Aulas, qui lui servait de chauffeur pour l’occasion. Son arrivée provoquait une montée significative des décibels. Bernard Lacombe, quant à lui, a dû terminer le trajet à pied, son chauffeur étant resté coincé dans les embouteillages.

« On fête un 20ème titre pour l’Olympique lyonnais, le 16ème depuis 2001 », a lancé Jean-Michel Aulas aux supporters. « Les trois clubs qui sont derrière nous, à savoir Bordeaux, Marseille et Paris, à eux trois, n’ont fait que quatorze titres. Nous sommes la meilleure équipe de France ! »

Après la présentation de la Coupe de France au public lyonnais, le staff et les joueurs de l’OL rejoignaient les salons de l’Hôtel de ville, avec une cinquantaine de minutes de retard sur l’horaire annoncé, attendus par les journalistes et un nombre restreint de personnes accréditées (présidents de club, membres de la famille de joueurs, actionnaires...).

« Depuis 2008, nous n’avions plus rien à fêter, nous étions un peu frustrés », leur a lancé un Gérard Collomb, ravi. « Bien sûr que cela nous a manqué car durant sept ans ce genre de rendez-vous était devenu un classique, on avait envie de renouer avec la victoire », a ajouté le maire de Lyon, exprimant la fierté et l’importance que représentait l’Olympique lyonnais à ses yeux pour la ville de Lyon.

Robert Duverne... et son chronomètre

Puis, l’adjoint aux sports Thierry Braillard appelaient un par un les joueurs. Sans surprise, ce sont les trois mêmes joueurs qui étaient les plus applaudis : le capitaine Cris, Hugo Lloris (dont le départ à la fin de la saison semble désormais acté) et Lisandro Lopez.

Petite fantaisie : au moment de son appel, Robert Duverne, préparateur physique de l’OL, jetait avec humour son chronomètre dans la foule, un clin d’œil à son lancer de chronomètre réalisé avec rage à la dernière Coupe du monde en Afrique du sud (il faisait alors parti du staff de Raymond Domenech).

Reste à se remettre au boulot désormais : il reste cinq matchs de Ligue 1 à disputer, et l’OL doit réaliser un sans faute pour espérer passer devant Lille, troisième du championnat et dernier qualifié pour la Ligue des champions. Sinon, les Gones devront dire adieu à une compétition qu’ils ont systématiquement disputée au cours des 12 dernières années.

Publié le : lundi 30 avril 2012, par Mikhaël Defoly