Football / OL : Reprise de l’entraînement

Claude Puel : "Sur le devant de la scène avec un titre"

Ce mercredi, la plupart des clubs professionnels ont repris l’entraînement, et l’Olympique Lyonnais n’y a pas échappé. Une petite heure d’exercice pour les joueurs, devant une centaine de spectateurs, puis une conférence de presse de Claude Puel, afin de revenir sur les derniers évènements footballistiques. Equipe de France, Olympique Lyonnais, mercato, le coach lyonnais a répondu sans détour aux questions des journalistes.

Un mot sur l’Équipe de France...
Claude Puel : Je ne reviens pas sur le comportement totalement inapproprié des Bleus, il faut que ça serve de leçon. C’est dommage parce que cette équipe avait du potentiel, mais elle s’est laissée submerger par la pression. L’Équipe de France n’a pas été protégée, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Mais là où je voudrais revenir, c’est qu’il n’y a pas que l’Équipe de France qui a eu des débuts difficiles, on l’a vu avec l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie... mais on s’est trop basé sur les Bleus. Les joueurs n’ont pas su juguler la pression. Au niveau du deuxième match, par exemple, il y avait trop de pression, tout le monde disait que la victoire était obligatoire alors que l’on a vu plus tard qu’un match nul aurait suffit. On s’est focalisé sur les résultats et pas sur le jeu. C’est un gâchis.

Allez-vous parler avec vos joueurs mondialistes, craignez-vous un impact négatif sur ceux-ci ?
Je discuterais bien sûr avec eux, avant qu’ils ne partent en vacances. Vous savez dans ces cas-là il y a deux réactions possibles de leur part : soit ils ont la tête dans le seau, soit au contraire ils veulent rebondir très vite.

Faut-il tout changer au conseil fédéral ?
Ce qui est sur, c’est qu’il faudrait plus de professionnalisme autour de l’équipe. Quand je dis professionnalisme, je veux parler de gens qui ont déjà joué au football, qui connaissent le ballon, de gens qui savent gérer l’aspect médiatique, qui sont capables de désamorcer une mini-crise comme on doit parfois savoir le faire dans un club professionnel. Ça permet au moins de protéger un groupe et de se concentrer.

Marino Faccioli peut-il apporter ce professionnalisme ?
La situation de Marino (directeur administratif de l’OL, ndlr) est encore en attente, pour l’instant il est à Lyon. Mais dans l’éventualité qu’il rejoigne l’Équipe de France, oui il peut apporter ce professionnalisme qui a manqué à l’encadrement des Bleus.

Est-ce que la débâcle de l’Équipe de France aura un impact sur le football français ?
C.P. : Oui, un amalgame peut être fait car c’est le football français qui est touché. Il y aura une suite, oui, mais je ne prends pas ça comme une mauvaise chose, au contraire. Ça peut permettre aux joueurs de se remettre en question.

Roselyne Bachelot a eu des mots très durs aujourd’hui à l’Assemblée Nationale. Que pensez-vous de cette tendance de plus en plus présente des politiques de s’immiscer dans les affaires du football ?
Je pense qu’il faut prendre un certain recul, ne pas dire ou faire n’importe quoi. Il y a eu de gros manques, c’est sûr, ça aurait pu être anticipé, mais ça ne sert à rien d’aboyer. Le recul et la sérénité sont nécessaires.

Laurent Blanc est-il l’homme de la situation ?
Oui, dans la mesure où il a bonne presse, déjà, c’est important dans ce contexte. Il y a plus de sérénité autour de sa nomination. Il arrive à un bon moment, puisqu’il peut rebâtir, enlever des joueurs, faire venir de nouveaux joueurs... C’est une aubaine car il peut faire exactement ce qu’il a envie de faire.

Centrons-nous sur l’Olympique Lyonnais. Quelles sont vos ambitions pour cette saison ?
Je ne vais pas commencer à donner des objectifs alors que la saison n’a même pas commencé. Ce que je peux vous dire, c’est que les objectifs viennent d’eux-mêmes lorsque vous venez à l’OL. Il y a ce titre de Champion de France qui nous titille, bien sur, on l’a vu sur la fin de saison dernière. L’objectif principal, c’est de revenir sur le devant de la scène avec un titre.

Comment se passe la reprise ?
On a un premier groupe de joueurs qui part à Tignes ce dimanche. Pas mal de jeunes, voire de très jeunes, sont venus nous rejoindre, mais même chez les jeunes nous avons des absents, notamment six Lyonnais internationaux. Les Internationaux mondialistes reviendront au fur et à mesure, j’espère pour Michel (Bastos, ndlr) que ce sera le plus tard possible. Ils auront à peu près trois semaines de vacances une fois éliminés.

Qu’en est-il des joueurs qui souhaitent quitter le club ?
Certains joueurs ont des velléités, on étudiera la possibilité si ça arrange le club et le joueur. Mais le fait de ne pas prolonger Boumsong ne veut pas dire qu’on ne veut plus de lui... (le coach fait référence à une interview dans France Football de Jean-Alain Boumsong, qui disait que l’OL le "mettait à la porte", ndlr).

Frédéric Piquionne n’a pas repris l’entraînement aujourd’hui...
Non, pour la simple et bonne raison que son contrat avec Portsmouth expire le 30 juin prochain, donc c’est pour des histoires d’assurance qu’il ne s’est pas entraîné aujourd’hui.

Parlons mercato : est-ce qu’un joueur comme Adil Rami serait le bienvenu dans l’effectif ?
Je ne vais pas vous parler d’un joueur en particulier, je ne fais pas de cas par cas. Adil Rami est un très bon joueur mais son transfert n’est pas d’actualité pour l’instant. D’autant plus que c’est un mercato très particulier dans la mesure où il n’y a pas beaucoup de mouvement. C’est généralement le cas en saison de Coupe du Monde.

Pas trop embêtant de voir que ça risque de se décanter assez tard ?
Si, mais c’est quelque chose qui concerne tout les clubs. Et puis d’un point de vue financier aussi, le Président l’a dit, cette année on ne peut plus investir comme les autres années. D’habitude c’est l’Olympique Lyonnais qui était la locomotive en termes de recrutement. Je suis curieux de savoir quel club cette année va endosser ce rôle.

Et puis vous n’avez pas le tour préliminaire cette saison...
C’est exact, l’absence du tour préliminaire est bénéfique car ça va nous éviter des blessures comme on a pu en avoir la saison dernière.

Pourquoi avoir choisi des matchs de préparation contre des adversaires étrangers* ?
Je voulais affronter des équipes qu’on a pas l’habitude de rencontrer, excepté en Ligue des Champions. Même si ce sont des matchs de préparation, même si on risque d’avoir du mal, d’être fatigués physiquement, c’est toujours quelque chose d’intéressant au niveau de la motivation et de l’envie des joueurs.


*Matchs de préparation :
- Mercredi 7 juillet : OL- Servette de Genève à Tignes (17h)
- Dimanche 18 juillet : Sporting-OL à Lisbonne (21h30)
- Samedi 24 juillet : Juventus de Turin-OL à Salerne (20h)
- Mercredi 28 juillet : Nottingham Forest-OL à Nottingham (20h30)
- Samedi 31 juillet (Emirates Cup) : OL-Celtic à Londres (15h)
- Dimanche 1er août (Emirates Cup) : OL- Milan AC à Londres (15h)

Publié le : jeudi 24 juin 2010, par Mikhaël Defoly