Gaz de schiste : les associations inquiètes

Alors que le premier ministre et la ministre de l’écologie doivent recevoir ce mardi les associations de protection de l’environnement, le collectif Stop au gaz de schiste tire la sonnette d’alarme. Sous le titre évocateur « à quel jeu joue le gouvernement ? », les militants s’inquiètent dans un communiqué de la possible relance des forages à but scientifique.

« La seule technique possible est la fracturation hydraulique. Mettre en œuvre une telle technique, que ce soit dans le cadre d’une expérimentation ou d’une exploitation présente les mêmes menaces sur l’environnement et la ressource en eau », écrit le collectif. « Même en cas d’absence de gisement, les conséquences de la fracturation pourront apparaître des dizaines d’années après le départ des pétroliers : remontée de produits chimiques et de gaz, pollution des aquifères, des sols et de l’air. »

Le collectif, qui réunit 110 associations, organisations et collectivités, se dit « vigilant à ce qui va sortir de cette réunion ».

Publié le : mardi 24 juillet 2012 (rédigé le : 27 novembre 2021).