Cueillette : attention aux champignons vénéneux

546 cas d’intoxication par des champignons ont été recensés entre le 1er juillet et le 6 octobre par l’Institut de veille sanitaire (InVS). Un cas grave a même nécessité une greffe hépatique chez un enfant de 18 mois.

Dans ce contexte, la préfecture rappelle quelques règles de prudence :
- ne ramasser que les champignons qu’on connait parfaitement. Certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent en effet beaucoup à des espèces comestibles ;
- au moindre doute sur l’état ou l’identification de l’un des champignons récoltés, ne pas consommer la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière.
(les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés) ;
- cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon (pied et chapeau), afin de permettre l’identification ;
- ne pas cueillir près de sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) car les champignons concentrent les polluants ;
- déposer les champignons séparément, dans une caisse ou un carton mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;
- séparer les champignons récoltés par espèce, pour ne pas mélanger d’éventuels fragments de champignons lors de la cueillette ;
- se laver soigneusement les mains après la récolte ;
- conserver les champignons à part et dans de bonnes conditions au réfrigérateur et les consommer dans les deux jours au maximum après la cueillette ;
- consommer les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante, ne les consommez jamais crus.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes (notamment diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.), à la suite d’une consommation de champignons de cueillette :
- appeler immédiatement un centre antipoison ou le Centre 15 car l’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement ;
- noter les heures du ou des derniers repas et l’heure de survenue des premiers symptômes ;
- conserver les restes de la cueillette pour identification.

Publié le : mardi 15 octobre 2013 (rédigé le : 25 octobre 2020).