Nathalie Perrin-Gilbert

Municipales : « EELV n’est pas propriétaire de ses votes »

Exclus de l’alliance PS/Verts, le Front de gauche et le Gram lorgnent ouvertement sur les voix écologistes dans les 1er et 4ème arrondissements, les deux seuls où la liste Lyon citoyenne et solidaire a pu se maintenir.

Alors que Gérard Collomb a abattu sa dernière carte dans sa croisade anti-Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er continue à croire en ses chances. L’accord conclu lundi entre les socialistes et écologistes réserve en effet la tête de liste à Émeline Baume, candidate d’Europe écologie les Verts (EELV). Odile Belinga, qui avait échoué a faire barrage à la maire sortante, se voit reléguée à la troisième place.

« La dynamique est de notre côté », se félicite Nathalie Perrin-Gilbert, qui a créé la surprise en virant largement en tête avec 33,46%, devant Odile Belinga (25,94%), l’UMP Jean-Baptiste Monin (19,12%) et Émeline Baume (11,28%). « Sur cette dynamique, on va gagner », espère la maire sortante.

Dans le 4ème, où Aline Guitard avait tout juste dépassé la barre des 10% lui permettant de se maintenir, le défi s’annonce autrement plus ardu. Pour obtenir un siège au conseil municipal, il lui faudra obtenir une quinzaine de pour-cents. Pour cela, elle espère récupérer les voix des deux listes citoyennes Croix-Rousse 2014 (1,93%) et le Défi citoyen (3,11%) mais également celles des écologistes.

« L’écologie a été présente dans toutes nos propositions », souligne Aline Guitard dont le programme compte effectivement beaucoup de points communs avec celui défendu au premier tour par EELV, que ce soit en matière de transports en commun, ou de rejet des grands projets de Gérard Collomb, comme le Grand stade et le bouclage du périphérique. Ils sont également en phase sur des sujets locaux comme l’avenir de la Halle Martinière et du collège Truffaut.

« Si les écologistes ont décidé de présenter leur propre liste, c’est parce qu’ils trouvaient que le bilan du maire de Lyon n’était pas tout à fait satisfaisant », persifle la mairesse des Pentes. Et de railler un accord entre les deux formations portant uniquement sur la répartition des sièges, « sans parler du programme ». « Comment vont-ils faire pour infléchir les décisions du maire sortant ? », fait-elle mine de se demander.

« Nous souhaitons être droits dans nos bottes et dans nos valeurs », martèle Aline Guitard, qui revendique « la possibilité de porter des idées et des propositions pendant les six prochaines années ».

Pour y parvenir, un temps fort est en préparation ce vendredi soir en clôture de campagne.

Publié le : mardi 25 mars 2014, par Michael Augustin