Rhône

Sénatoriales : l’UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L’UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d’Oullins François-Noël Buffet obtient 37,73% des voix et gagne quatre des sept sièges en jeu. Le PS et le centre se partagent les trois autres.

Dès la proclamation des résultats, l’UMP du Rhône s’est félicitée dans un communiqué d’un « immense succès » qui « condamne la politique du chef de l’Etat et son gouvernement ». Si le parti double effectivement son nombre de sièges, la droite ne progresse guère dans le département et ceci malgré la vague bleue des dernières municipales.

En 2004, date du dernier scrutin dans le Rhône, l’UMP avait obtenu 22,01%, soit environ 15 points de moins que cette fois-ci. Or, à l’époque elle avait dû composer avec une liste divers droite emmenée par Christian Barthelemy (10,58%) et une autre conduite par Fabienne Levy (3,49%), tous deux absents du scrutin cette année. Ce n’est donc pas sans raison que l’UMP attribue son succès à sa « cohésion ».

Le grand perdant est en revanche Michel Mercier. Le sénateur-maire de Thizy-les-Bourgs s’est fait quelque peu plumer, passant de 21,94% à 15,52%, et perdant au passage l’un de ses deux sièges. Siège récupéré donc par l’UMP qui jubile. « Cette victoire sanctionne le double-jeu de certains élus qui privilégient leur carrière aux convictions des électeurs qui les ont pourtant porté au pouvoir », peut-on lire dans le communiqué du parti sarkozyste qui n’a pas encore oublié la facile réélection de Gérard Collomb à la présidence du Grand Lyon, due en partie à quelques voix centristes.

La gauche, en revanche, parvient à maintenir son score. En 2004, la liste commune PS/PCF de Gérard Collomb avait obtenu 35,60% et trois sièges. Dix ans plus tard, le score est peu ou prou le même, mais réparti sur deux listes, socialistes et communistes étant partis séparément. Si le PS (26,10%) parvient à sauver ses deux élus, cette division fut fatale aux communistes (9,28%) qui perdent le leur.

Enfin, les Verts réitèrent leur petit score (4,31% en 2014 contre 4,83% en 2004), tandis que le Front national, quasi-absent du scrutin d’il y a dix ans (0,79%) obtient cette fois-ci un succès d’estime (4,91%).

A noter que tous les sept nouveaux sénateurs du Rhône sont également maires d’une commune et donc en situation de cumul des mandats, tandis que deux des sortants, Muguette Dini (UDF) et Guy Fischer (PCF) se consacraient à leur seul mandat de sénateur.

Tous les résultats dans le Rhône

- UMP : 1 252 voix, 37,73%, 4 sièges
- PS : 866 voix, 26,10%, 2 sièges
- UDI : 515 voix, 15,52%, 1 siège
- Front de gauche : 308 voix, 9,28%
- Front national : 163 voix, 4,91%
- Europe Écologie les Verts : 143 voix, 4,31%
- Debout la république : 35 voix, 1,05%
- Spartacus 69 : 25 voix, 0,75%
- Première alliance : 11 voix, 0,33%

Publié le : dimanche 28 septembre 2014, par Michael Augustin