diapo
Cinéma

Neuilly sa mère

Sami a 14 ans et vit heureux avec ses potes dans sa cité de Châlon-sur-Saône. Hélas, le destin l’arrache un jour à son paradis, et le propulse dans l’enfer de... Neuilly-sur-Seine.

Là, il est confié à sa tante Djamila, qu’il rencontre pour la première fois, et à son mari, Stanislas de Chazelle, héritier d’une vieille famille française, psychorigide et très à cheval sur les bonnes manières. Sauf quand il s’agit de s’engueuler avec son ex-femme.

Dans leur hôtel particulier de Neuilly, Sami va devoir partager le quotidien de Charles, son cousin du même âge, petit pédant, obsédé par son ambition de devenir un jour président de la république, et de sa cousine Caroline, sorte de passionaria altermondialiste. De plus, ses nouveaux camarades de classe du très chic collège privé Saint-Exupéry, le méprisent et lui mènent la vie dure. Heureusement, il y a la jolie Marie, aussi blonde qu’inaccessible, dont il tombe amoureux.

Voilà ce qui aurait pu faire une comédie enlevée, d’autant qu’elle est servie par une brochette de bons acteurs : Denis Podalydès (Stanislas), Rachida Brakni (Djamila), Josiane Balasko (la directrice du collège), Valérie Lemercier (l’ex-femme hystérique) et surtout le jeune, mais plus que remarquable Samy Seghir dans le rôle principal. Or, bien qu’ils fassent ce qu’ils peuvent pour rendre crédible un scénario truffé de clichés, ce film sombre inexorablement dans la caricature. Pour ne rien arranger, Samy Seghir, qui ne fait pas ses 15 ans, paraît très jeune à côté des autres acteurs, qui le dépassent d’une tête, alors que leurs personnages ont tous le même âge. Et ce n’est pas quelques répliques rigolotes (« Ma chambre, tu l’aimes ou tu la quittes », « Ici on étudie plus pour réussir plus ») qui parviennent à réconcilier le spectateur avec cet opus au trait un peu trop forcé.

- Film français
- Réalisé par Gabriel Julien-Laferrière
- Avec Samy Seghir, Jérémy Denisty, Rachida Brakni
- Durée : 1h 30min
- Sortie : 12 Août 2009
- Site officiel : www.tfmdistribution.com

Publié le : mercredi 8 juillet 2009, par Michael Augustin