Guy Fischer : décès d’un élu « engagé pour une vie meilleure »

Les hommages se multiplient après la disparition du sénateur communiste du Rhône.

La maire de Vénissieux Michèle Picard pointe son parcours « exceptionnel, authentique, fidèle aux idéaux qu’il défendait, à son histoire et ses racines dont il était si fier. » « Ses combats servaient obstinément l’intérêt général, en prise avec la réalité quotidienne, les difficultés qu’il touchait du doigt, saisissant avec justesse tous les enjeux locaux et nationaux essentiels au développement de l’humain », écrit l’édile qui loue un homme politique « à l’image de sa ville, jamais résigné, engagé pour une vie meilleure, défendant résolument une politique solidaire répondant aux besoins sociaux, une politique volontariste pour les populations et le monde du travail. »

« Guy Fischer était un homme d’humanité », souligne de son côté le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent dans un communiqué. « Proche du terrain, il a su donner de la hauteur aux valeurs qui fondaient son engagement. »

Même son de cloche chez les socialistes. « Guy Fischer était connu de tous pour son dévouement pour ses concitoyens, son humanisme et sa capacité à transcender les clivages politiques traditionnels, toujours guidé par l’intérêt général et les valeurs de la République qu’il avait chevillées au corps », rappelle ainsi le maire de Lyon Gérard Collomb, tandis que le président de région Jean-Jack Queyranne salue « la mémoire d’un humaniste, d’un homme d’écoute et de dialogue, d’un militant sincère et d’un vrai républicain ». Le groupe socialiste au conseil municipal de Vénissieux, pourtant adversaire aux dernières municipales, entend, lui aussi, rendre hommage à l’« un des élus les plus respectés et appréciés de la commune. » « Sa formation d’instituteur public se lisait dans son attachement au dialogue et à l’explication de ses engagements, qualités qui font l’honneur des hommes politiques », ajoute le groupe dans un communiqué.

A droite, Michel Forissier témoigne de liens anciens : « J’ai eu la chance de connaitre Guy Fischer lorsque nous étions adolescents et de le retrouver ensuite dans le monde politique », écrit le nouveau sénateur UMP. « Sa révolte contre les injustices l’a poussé à s’engager dans le combat contre les inégalités. Bien qu’ayant des visions différentes sur les moyens de les résoudre, j’ai toujours apprécié ses qualités d’écoute et d’intelligence, notamment lorsqu’il savait tenir compte de l’avis du camp adverse. Ses qualités d’humanité et de dialogue sont malheureusement trop rares. »

« Un grand homme politique nous a quittés, mais c’est avant tout un grand
homme que nous perdons »
, écrit de son côté Danielle Chuzeville, présidente du Conseil général, assemblée où Guy Fischer a siégé de 1982 à 2008. « J’ai pu voir cet homme passionné et authentique exercer son mandat avec toute la fougue et le caractère que nous lui connaissions. S’il défendait avec force son territoire de Vénissieux, auquel il était si fortement attaché, l’intérêt général et celui de tous les habitants du Rhône ont toujours guidé ses décisions. »

Enfin, le Collectif 69 Palestine rappelle que le sénateur communiste était également un infatigable défenseur du peuple palestinien. « Encore ces dernières semaines, malgré sa terrible maladie, dans la chaleur de l’été, il était au cœur des manifestations contre les massacres à Gaza et apportait tout son soutien comme citoyen et sénateur du Rhône », se souvient le collectif qui loue « un compagnon attentif et fidèle des valeurs humaines. »

Publié le : dimanche 2 novembre 2014 (rédigé le : 20 octobre 2020).