publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Le proviseur débarqué
Partager : 
Imprimer

Cité scolaire internationale

Le proviseur débarqué

Comme nous l’avons annoncé hier, les cours à la Cité scolaire internationale (CSI) reprendront dès lundi. Mais sous la direction d’un nouveau proviseur, François Chabot, l’ancien, ayant été suspendu avec effet immédiat.

De mémoire de présidente de fédération de parents d’élèves, cela ne c’était jamais passé comme ça, à la très prestigieuse CSI, le complexe scolaire (du primaire au lycée) multi-lingue, installé à Gerland. Professeurs et parents avaient fait bloc pour obtenir la tête de leur proviseur. En grève depuis la rentrée, ils ont eu gain de cause. Hier, le départ de François Chabot semblait déjà acquis, mais seulement à la fin de l’année scolaire. Une sorte de médiateur devait être nommé en attendant, pour permettre aux enseignants de ne plus avoir affaire au proviseur. Ce matin, lors d’une nouvelle rencontre au rectorat, une délégation d’enseignants a appris que la solution retenue était en fait plus radicale. François Chabot est suspendu avec effet immédiat. Il sera remplacé, de façon intérimaire, par Bruno Bigi, proviseur au lycée Rosa Parks à Neuville sur Saône, en attendant qu’un nouveau chef d’établissement soit nommé.

Bruno Bigi connaît bien l’établissement maintenant, puisque c’est lui qui a établi les emplois du temps des élèves pour la rentrée, la gestion de François Chabot s’étant révélé catastrophique. Ils s’appliqueront donc dès lundi. Quant à l’ancien proviseur, le rectorat se borne pour l’instant à déclarer qu’une nouvelle affectation, en dehors de la CSI, lui sera proposée prochainement.

Du côté des parents d’élèves, c’est le soulagement, tellement la frustration était profonde. Ils étaient 150 cet après-midi, à avoir accompagné leurs délégués, reçus eux aussi au rectorat. « Personne n’arrivait à travailler avec lui », s’exclame Judicaël Courant, le président de la FCPE. « Il n’y avait jamais de réponse à nos demandes », enchaîne une maman. Sans oublier une mauvaise gestion des effectifs. Plusieurs élèves d’expatriés, à qui ce lycée public s’adresse prioritairement, n’auraient pas trouvé de place, d’après le témoignage de plusieurs parents présents. « Maintenant, on va pouvoir démarrer la rentrée de façon sereine et dans les meilleures conditions », se félicite Sophie Vasse, présidente de la PEEP.

Photo : lyon-info.fr

Publié le : vendredi 11 septembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pas de place au 115

Mehdi, 48 ans, en fauteuil et à la rue

Sorti il y a trois semaines d'une maison de repos, après deux lourdes interventions chirurgicales, Mehdi se (...)
La suite
Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite