publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Le nouveau visage de la Sucrière
Partager : 
Imprimer

Confluence

Le nouveau visage de la Sucrière

80 ans, un ravalement de façade et une restructuration en profondeur : la Sucrière opère sa mutation. Commencés en septembre 2010, les travaux doivent s’achever le 18 juillet prochain. Le bâtiment servira désormais non seulement à la Biennale d’art contemporain, mais aussi pour des expositions et des événements musicaux. Par ailleurs, le site comprendra 3200 m² de bureaux ainsi qu’une boîte de nuit d’une capacité de 800 personnes sur le toit de cette nouvelle Sucrière.

Garder l’âme de l’ancien port Rambaud, ne pas entrer en lutte avec les bâtiments modernes, laisser les traces du temps sur la Sucrière… La restructuration opérée par l’architecte William Vassal, responsable du projet, a fait la part belle à la volonté de préserver le caractère du bâtiment d’origine : un complexe industriel fait de piliers en béton armé et de charpentes en métal. Le tout est désormais rehaussé d’un étage supplémentaire sur le toit qui accueillera le Club. Recouvert de lames de mélèze, cette structure apporte une touche naturelle au site.

Une nef centrale de 42 m de long

Dans l’ancien entrepôt, l’architecte a supprimé le plancher entre le rez-de-chaussée et le 1er étage, ainsi que cinq des poteaux centraux. L’espace ainsi dégagé, de près de 600 m², mesure 42m de long, 14m de large et 9m de haut. Entièrement modulable, il pourra s’adapter à tous les types d’expositions artistiques, ou bien accueillir une scène pour les événements musicaux. Au-dessus, les deux premiers étages ont été aménagés aux normes musées.

« On s’est aperçu que ce lieu ne vivait pas assez », explique Olivier Ginon, président-directeur de GL Events, qui exploitera le bâtiment. Employée uniquement lors des Biennales, la Sucrière apparaissait en décalage avec l’activité tout autour. L’exploitant, déjà en charge d’Eurexpo et de la Cité Internationale, élargit ainsi son emprise sur l’offre événementielle lyonnaise. Une situation prédominante qui ne semble pas perturber Olivier Ginon : « nous sommes persuadés qu’une destination doit être gérée de manière globale. »

Un modèle d’économie mixte

En plus de la partie consacrée à la culture, des bureaux occuperont 3200 m² répartis sur les trois premiers étages. Ces espaces seront divisibles en ensembles de 500m² chacun. Serge Grzybowski, président-directeur d’Icade, la société qui a conduit le chantier, estime que cet espace d’économie mixte complète « un site à vocation culturelle qui n’est pas forcément rémunérateur ».

Couronnant le bâtiment, une discothèque viendra s’ajouter à l’espace ouvert au public. « Notre but est de faire vivre le bâtiment 18 heures sur 24 », se réjouit Serge Grzybowski, « sur le modèle de Berlin et des pays anglo-saxons. » La boîte de nuit ouvrira cependant plus tard que le reste du site, après la Biennale qui démarre le 15 septembre prochain.

Pour permettre l’accès à la nouvelle Sucrière, 300 places de stationnement provisoires ont été aménagées. D’ici 2012, un parking de 600 places leur succédera.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 11 juillet 2011, par Eve Renaudin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite