Course

Le marathon de Lyon peine à séduire

Rebaptisées Run in Lyon, les courses d’endurance, 10 km, semi-marathon et marathon, ne passionnent toujours pas les foules. A ce jour, seuls 2400 participants sont inscrits pour les 3 épreuves qui se dérouleront dans 3 mois. Un résultat « très encourageant » trouve néanmoins Thierry Braillard, qui dit toujours tabler sur 10 000 coureurs à la date de l’évènement, le 3 octobre prochain.

Après l’annulation en catastrophe du marathon l’année dernière, faute de sponsor et de combattants, la Mairie a voulu reprendre les choses en main. Alors que traditionnellement marathon et semi-marathon avaient lieu à des dates différentes (chaque course ayant été accompagnée d’un 10 km) la décision a été prise de tout regrouper. Ne lésinant pas sur les moyens pour soutenir l’évènement, la Mairie avait lancé une première vague d’affichage en avril, qui sera relayée par une seconde en septembre. Sans compter un accord passé avec le consulat du Kenya, prévoyant la participation de quelques athlètes africains, capables de bons chronos. En échange, la Mairie prend en charge les frais de transport et d’hébergement des Kenyans.

Or, le résultat n’est pas à la hauteur. 400 inscriptions pour l’épreuve reine, cela laisse présager un résultat encore plus médiocre qu’en 2009 quand 600 coureurs s’étaient enregistrés. « Il faut 3 mois à un coureur pour préparer un marathon », explique-t-on à l’association Oxygène, partie prenante de l’organisation. En d’autres termes, ceux qui souhaitent participer, sont d’ores et déjà inscrits. Ainsi, au marathon de la Rochelle, certes plus ancien et plus important, 60% des places sont déjà prises, alors qu’il ne se déroulera que fin novembre.

Les chiffres sont toutefois moins inquiétants pour les 2 autres épreuves. A ce jour, 1200 personnes se sont enregistrées pour le semi (3625 participants en 2009) et 800 pour les 10 km (1025 coureurs l’année dernière). Or, pour ces courses de moindre distance, les participants s’inscrivent souvent à la dernière minute.

Bonne nouvelle néanmoins, les relations entre les organisateurs et la Fédération française de l’athlétisme se sont apaisées. « Les chicayas sont terminées », annonce Thierry Braillard, qui affirme avoir personnellement rencontré ses dirigeants. La Fédération n’avait en effet pas apprécié que la Mairie fixe unilatéralement la date des courses, sans la consulter au préalable. En représailles, elle a refusé d’intégrer l’épreuve 2010 dans son calendrier. L’année prochaine, les 3 courses y figureront bien, a assuré l’adjoint aux sports. Puis, un nouveau sponsor a été trouvé. Suez Environnement ayant jeté l’éponge l’année dernière, c’est Cofely qui reprend le flambeau. Une filiale de... GDF Suez.

Autre petite curiosité, Serge Girard, quintuple recordman du monde de longue distance, qui court tous les jours sans relâche depuis le 17 octobre dernier, à raison de quelque 70 km par jour, sera à Lyon le 3 octobre et déroulera quelques kilomètres sur le parcours, avant de continuer vers Chambéry.

Publié le : mardi 6 juillet 2010, par Michael Augustin