publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Conan
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Conan

Pas facile de succéder à un film culte. Craint et haï avant même sa sortie, le Conan version 2011 pointe enfin le bout de son museau sur les écrans français. Verdict : loin du navet annoncé, le métrage se veut sans prétention envers son illustre prédécesseur. Mieux, en faisant abstraction, le fan de cinéma barbare aura droit à un spectacle régressif et violent qui ne pourra que le combler.

« Conan est né sur un chant de bataille. Nous goûtons en premier le lait maternel, lui c’était le sang de sa mère, » résume un pirate ami du héros. Une naissance montrée dès la scène d’ouverture, magistrale. Élevé par son père, Ron Perlman, tellement simiesque qu’on le croirait de retour dans la Guerre du Feu, le jeune Cimmérien montre un talent inné pour le massacre. Cette version barbare du bonheur ne dure pas car l’horrible Khalar Zym et sa sorcière de fille Marrique viennent détruire le village barbare pour récupérer une relique. Le jeune Conan voit son père mourir sous ses yeux et jure de se venger. Le film raconte donc sa quête alors qu’il est devenu une bê… enfin un adulte tout en muscles et grognements.

Marcus Nispel n’est pas John Milius. Le réalisateur a un style plutôt brouillon, les combats sont souvent mal cadrés, les coupes saccadées. Néanmoins, la sauvagerie de l’interprétation et le soin apporté aux costumes et effets spéciaux sauvent l’image. Le look des méchants est extrêmement travaillé : tatouages, dents pourries ou taillées en pointes, armures… Seul bémol, l’aspect gothico-punk de Marrique avec ses griffes en métal, souvent plus kitsch qu’impressionnant. La violence et le réalisme des diverses bagarres fait le reste du spectacle : gerbes de sang, mutilations, décapitations... Nispel renoue avec le gore qui a fait le succès de son remake de Massacre à la Tronçonneuse.

Tout en puissance et en rage, Jason Momoa donne corps au Cimmérien. Après son rôle de Khal-Drogo dans la série Le Trône de Fer, l’homme prouve une fois encore qu’il est un barbare né.

- Long-métrage américain
- Réalisé par Marcus Nispel
- Avec Jason Momoa, Rachel Nichols, Stephen Lang, Rose McGowan...
- Durée : 1h52
- Sortie : 17 août

Photos : Metropolitan FilmExport

Publié le : jeudi 18 août 2011, par Eve Renaudin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite