publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > « Je veux capter une image qu’on puisse entendre »
Partager : 
Imprimer

Interview Nader T. Homayoun

« Je veux capter une image qu’on puisse entendre »

A l’occasion de la clôture du Festival Festimaj, dont il a présidé le jury, ainsi que de la sortie de son film Téhéran, actuellement dans deux salles lyonnaises (CNP Terreaux et Ciné Meyzieu), le réalisateur franco-iranien Nader T. Homayoun a accordé un entretien exclusif à Lyon Info.

Lyon-info : Diplômé de la FEMIS, l’une des plus grandes écoles de cinéma en France, vous avez été intrigué par cette phrase inscrite sur l’un de ses murs : Ici, on apprend à faire des films qui se voient avec nos oreilles et s’entendent avec nos yeux.

Nader T. Homayoun : Effectivement. Cette devise a énormément affecté l’esthétique de mes films. En entrant dans cette école, qui représentait pour moi le sésame, j’ai découvert qu’elle avait des critères esthétiques à l’opposée du cinéma hollywoodien et grand public. On y apprend à faire des films plus intimes et personnels.

Ma scolarité m’a été extrêmement révélatrice sur le cinéma que je souhaite développer. Cette pédagogie m’a entraîné à porter une attention particulière à une image et à un son juste. La belle image et la belle photographie ne m’intéressent pas, je veux capter une image tellement puissante qu’on puisse l’entendre.

LI : Vos films parlent de l’Iran, vous êtes franco-iranien, de quel cinéma vous sentez-vous le plus proche ?

NTH : En Europe, on veut souvent me cataloguer dans la catégorie des cinéastes iraniens, peut être parce qu’il y a le mythe du cinéaste iranien qui fait du cinéma réaliste sur la situation sociale de son pays et qu’en plus le nombre de réalisateurs Iraniens est très restreint.

Je ne souhaite vraiment pas être cantonné à un pays en particulier car, profitant de ma double culture, j’ai toujours essayé de faire un mélange entre les deux dans mes films. Par exemple, dans mon dernier film Téhéran, il y a une forte inspiration européenne.

LI : Comment avez-vous tourné Téhéran ?

NTH : Tout d’abord, je n’ai pas cherché de subventions publiques car mon film est en majorité en langue persane ce qui était pour moi essentiel. Quelques sources de subventions tolèrent certes que le français ne soit pas la langue majoritaire du film mais j’ai préféré ne pas courir après. A mes côtés lorsque j’ai lancé le projet, il n’y avait donc ni subvention ni société de production. A cette occasion, j’ai donc créé ma propre boite de production Alias Films. Par la suite, Avenue B Productions nous a suivi dans l’aventure.

Je travaillais avec une équipe technique réduite de 5 à 6 personnes. Il m’était même arrivé d’aider le technicien du son par exemple. Dans ma manière de diriger mon équipe, ce que j’ai appris à la FEMIS m’a été capital car je pouvais maîtriser complètement tous les corps du métier. Les conditions de tournages étaient donc très loin de ce qui peut être fait habituellement sur les longs métrages. Nous avions tournés en 18 jours avec plus de 7 séquences par jour. Dans la réflexion sur la fabrication de l’image, j’étais obligé de pratiquer une gymnastique d’adaptation parce qu’on n’est pas toujours sûr des moyens qu’on aura le jour J sur le tournage.

C’est la même chose pour le scénario. J’avais un scénario flottant qui me permettait de tout changer et de l’adapter, car les conditions de tournage ne permettent pas la rigueur d’un scénario intangible.

Au début, je ne voulais pas montrer le scénario à mes acteurs. J’étais tout de même contraint de leur donner une sorte de séquencier, car en Iran il peut s’avérer problématique pour un acteur de prêter son image à certains films. Les dialogues ont ensuite été développés en fonction des acteurs que j’avais choisis.

LI : Et vous n’avez pas rencontré de difficulté pour ce film avec le régime Iranien ?

NTH : Absolument pas. Le scénario ne posait aucun problème. Par contre, le sens de l’image, porteur de message, peut déranger et j’en étais conscient lors de l’écriture. La pauvreté est décuplée lorsqu’elle est portée sur grand écran. Et c’est tout un travail sur le réel que j’ai entrepris. Grâce à ma recherche de l’image juste, les images prennent une force incroyable.

LI : Vous êtes actuellement dans la région lyonnaise pour le festival Festimaj. Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter la présidence de son jury ?

NTH : Essentiellement le fait que c’est un festival de films d’école. Je voulais, à travers les films présentés, être dans la tête d’un jeune. Aujourd’hui, les moyens techniques permettent aux plus petits de faire des films, à mon époque je ne le pouvais pas. On ne sait jamais comment le monde est vu par un enfant de 12 ans et ce festival me permet d’accéder à cette quête du regard de l’enfant. De plus, les films d’écoles sont plus audacieux, ils prennent plus de risques que ne le ferait une production professionnelle. Ils correspondent donc pour nous, les cinéastes à un laboratoire intéressant.

LI : Quels sont vos projets ?

NTH : Deux films sont en cours d’écriture. Un film iranien et un film français. Le film français ne sera pas un film iranien en France contrairement à ce que fait Abbas Kiarostami, mais plutôt un film avec les mêmes influences que j’évoquais plus haut et une histoire foncièrement française. Outre ma volonté de m’inspirer de ma double culture dans mes films, je souhaite avant tout essayer de trouver le juste milieu entre un film personnel et un film grand public.

Photo : DR

Publié le : mardi 8 juin 2010, par Youssef Naili

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite