publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > L’Art de Séduire
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

L’Art de Séduire

Jean-François, psychanalyste et éperdument amoureux d’Hélène, l’une de ses patientes, se sent enfin libre de la séduire, lorsque celle-ci décide d’arrêter sa thérapie. Or, maladroit, très peu doué pour l’art de la conversation et timide, Jean-François n’y arrive pas. Il demande alors l’aide à Julien, un autre de ses patients et séducteur compulsif. Après une journée de coaching, Jean-François rencontre Estelle... L’art de séduire est un film où chaque personnage a son brin de folie et devrait consulter pour régler ses névroses. Un monde de fou dans un film où se mêle réalisme et absurde, jusqu’à en devenir agaçant.

L’idée est originale et rafraîchissante, tranchant avec les comédies romantiques habituelles. « J’avais envie d’écrire sur un psy névrosé », expose Guy Mazarguil, le réalisateur. « J’ai une affection particulière pour ceux qui ont des petits problèmes émotionnels. »

En résulte un film sur la vie, où la musique se fait discrète, voire inexistante dans les moments où elle est le plus attendue. Associé à un rythme lent et unique, l’ennui ne tarde cependant pas à s’installer. La folie des personnages parvient toutefois à pallier quelque peu l’absence de dynamisme.

Le séducteur compulsif se mue en harceleur, Estelle se révèle mythomane et impulsive, Hélène est quant à elle obsédée par les chevaux, effrayée par le sexe et maniaque, tandis que le psy, avocat de la rationalité, se passionne de photos de tête de poissons morts. Une manie qui n’est d’ailleurs pas là par hasard. « J’avais envie de rajouter une obsessions personnelle », note Guy Mazarguil, « ma tendresse pour les poissons... »

Les images surréalistes de poissons volants dans les airs autour de Jean-François, contrastent alors avec le réalisme du film et ramènent brusquement le spectateur dans le cadre de la fiction : « Il s’agissait de ponctuer le film par des moments de rêve. C’est un rêve éveillé, sur la vie du psy », explique le réalisateur. « Ça brouille les pistes. »

Une confusion pas forcément agréable, et l’étalage des folies de chacun devient vite énervant. Les personnages n’évoluent pas et leurs manies les rendent agaçants. Jean-François, censé être touchant par son immaturité émotionnelle, ne reste qu’un gros coincé, tandis qu’Estelle irrite avec sa spontanéité qui tourne à l’hystérie. « Il s’agit d’accepter sa folie et la folie de l’autre », justifie Guy Mazarguil. Oui, mais à petites doses s’il vous plaît.

Le comique, sur touches de sarcasme et de cynisme, est étouffé par l’univers malsain dans lequel baigne le film. Et la folie bien trop pesante n’étonne plus. « Il y a un peu de romance, mais ce n’est pas exact de parler de comédie romantique », reconnaît Guy Mazarguil. Il ne croyait pas si bien dire. L’art de séduire s’avère plutôt être un drame un peu ennuyeux sur la folie humaine.

- Long-métrage français
- Réalisé par Guy Mazarguil
- Avec : Mathieu Demy, Julie Gayet, Valérie Donzelli ...
- Durée : 1h24
- Site officiel : www.lartdeseduire-lefilm.com
- Sortie : 27 juillet 2011

Photo : DR

Publié le : mercredi 27 juillet 2011, par Mélanie Rauscher

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



1 commentaire pour cet article


  • L’Art de Séduire 27 juillet 2011 à12:08, par fleur 1991

    Contrairement à cette critique , j’ai trouvé la Musique très originale qui ponctuait chaque scène du film et les moments de silence nous laisse la liberté de s’imprégner et même de se retrouver dans certains personnages.
    La rencontre des personnalité de chacun nous entraine dans des situations des plus drôles. J ai beaucoup apprécié la présence de poissons à des moments inattendu , surtout dans la scène dans la cuisine de JF avec Estelle qui est totalement hylarante à mon goût et tellement touchante ;
    Les acteurs etaient tous parfait meme les seconds roles "le tennisman" ou "la pharmacienne" ;
    Je trouve ce film à la fois drôle tendre et émouvant qui pour une fois parle SANS PUDEUR des gens avec leurs vrais sentiments, leur douteds et leur folie petite ou grande ...Je doute que l’on ai vu le meme film avec la personne qui a fait la critique du dessus ? moi je mais à ce film : " *** "sans hésiter ; TELLEMENT FRAIS ! ...fleur 1991

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite