publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > La colère des commerçants de Grôlée
Partager : 
Imprimer

Le quartier Grolée, un quartier fantôme

La colère des commerçants de Grôlée

L’arrivée de Sephora ne convainc pas les commerçants restant du quartier Grôlée. Depuis presque sept ans on leur promet que tout va s’arranger. « Chaque année, c’est la même histoire, on nous dit qu’au mois de septembre de nouvelles enseignes vont venir s’implanter dans le quartier », s’écrie Lucien Luste, le buraliste, « mais rien ne vient ».

Il ne reste plus beaucoup de commerces dans cette partie du deuxième arrondissement. Le cinéma a fermé et les banques, agences de voyages et petits commerces sont partis. Il en va de même pour le café du PTT, la pharmacie Boiron et l’institut de beauté Christine Margossian. Tous ont quitté les lieux, soit parce qu’ils n’ont pas eu le choix, soit parce qu’ils ne voulaient pas rester. Il ne reste guère plus que la poste et un tabac-presse.

« Ce n’est pas nous qui voulons partir, c’est eux qui veulent pas qu’on reste » s’exclame Lucien Luste. Eux, c’est Les Docks Lyonnais, propriétaires d’une cinquantaine de boutiques dans le quartier. En 2008, Lucien Luste leur a intenté un procès. Il sait qu’à la fin, il devra partir, lui aussi. Mais pour aller où ? C’est ainsi qu’il a engagé une bataille juridique, pour au moins espérer quelques indemnités de départ.

Pour l’avocat et riverain, Bruno Alart, « toute cette histoire n’est qu’un conflit d’intérêt » qui « rend la vie du quartier totalement nulle avec une absence de propreté et un sentiment d’insécurité », et celui « d’abandon par la ville ».

Le 3 novembre 2010, Lucien Luste, le buraliste et Benjamin Bondet, le boulanger ont créé l’association Défense du quartier Grôlée. Ils tentent de sensibiliser l’opinion publique par le biais d’actions et de réunions. Quelques riverains ont rejoint les commerçants, mais le cœur n’y est plus. Ainsi, lorsque Benjamin Bondet, le secrétaire leur propose une opération banderoles et affiches pour dénoncer les difficultés économiques du quartier, personne ne se déplace. C’est « à croire que les gens se satisfont du quartier », dit tristement la boulangère.

Lire aussi :

Grolée, quartier fantôme

Photo : © Nora Bariguain

Publié le : dimanche 5 juin 2011, par Nora Bariguian

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite