publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > La démocratie, « le moins pire des régimes »
Partager : 
Imprimer

Au Théâtre des Ateliers

La démocratie, « le moins pire des régimes »

Pour clore sa direction à la tête du Théâtre des Ateliers, Simon Delétang met en scène un pot pourri sociologique des petits travers des consommateurs-citoyens aliénés de notre société. Un peu caricatural – en écho à l’imaginaire qu’il reflète – le Guide du démocrate est un constat sarcastique, acide et politique.

Si l’arrière-train d’un canidé est étrangement encastré dans un élément du décor, c’est qu’il y a de l’absurde dans ce texte écrit par deux auteurs contemporains, Eric Arlix et Jean-Charles Massera. L’absurde : voilà la réalité quotidienne des démocrates. Celle d’un homme et une femme unidimensionnels habitant une société où l’esprit critique n’a plus droit de cité.

Oui le démocrate veut sauver la planète, même s’il aime le nucléaire. Oui le démocrate est « hyper content d’avoir accès à toute l’info grâce à internet, même s’il n’a pas le temps de la lire ». Oui le démocrate « aime sa life » même si « le soir il se retrouve tout seul comme un con avec ses 300 chaînes de télé ».

Lise Chevalier et Steven Fafournoux restituent avec énergie les tendances hystériques de ces archétypes au bord du « nervous breakdown ». Mais pas de panique, un professionnel du coaching – le démocratiseur – est là pour éclairer les contradictions, et conseiller les démocrates pour être au plus performant à chaque instant.

Le démocrate vit dans une démocratie ordinaire comme un automate programmé par le marché. Un démocrate-automate, toute l’ironie du spectacle est là. A la pause-repas, au supermarché, dans les soirées entre amis, dans sa partenaire, sur son téléphone portable, sur les réseaux sociaux... On y est, parce que c’est « la life ». Même si « on se fait chier grave ». Heureusement, il y a le karaoké, les vacances à Agadir ou la téléréalité pour s’oublier un peu. Poupées envoûtées par le système économico-médiatique, les démocrates sont les jouets de volontés qu’ils ne maîtrisent pas. Celle, notamment, des traders, golden boy à la vie en toc.

Il y a dans ce récit fragmenté un écho à l’allégorie de la caverne de Platon. Les mises en garde du philosophe grec contre les apparences et les croyances n’ont pas pris une ride. En effet, à quoi ressemble un prisonnier de la caverne ? A un démocrate ! Ici les ombres de la caverne sont formées par l’imaginaire du capitalisme marchand. Et celui-ci a infiltré toutes les dimensions – ou presque – de l’existence de ce consommateur-citoyen.

Le démocrate y choisit ses mots, ses attitudes, ses apparences, son identité, sa misère culturelle et bien sûr ses désirs. Alors la question est légitime : est-on vraiment libre lorsque la vie n’a d’autre sens qu’être conforme aux rêves des professionnels du marketing ?

Derrière le confort matériel moderne, les apparences surfaites et les relations sociales superficielles, se dessine le paradoxe de la démocratie du spectacle : comment devenir un citoyen responsable lorsque notre esprit est noyé dans un imaginaire étriqué et vide de sens ? Quel avenir pour une société où chacun ne se soucie que de jouissance individuelle alors que « le monde est en train de partir en sucette » ? Le Guide du démocrate n’apporte pas de solution. Mais invoque l’esprit critique et l’imagination comme arme pour ne pas devenir le bon toutou qui aura suivi son maître... droit dans le mur.

Info : Le Guide du Démocrate. Les clefs pour gérer une vie sans projet, jusqu’au 6 décembre, Théâtre des Ateliers, 5 rue du Petit David, Lyon 2ème. Tarifs : 10€/14€/20€ - Rens. : 04 78 37 46 30

Photo : © David Anémian

Publié le : mardi 4 décembre 2012, par Aurélie Marois

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite