publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > La phase 2 est lancée
Partager : 
Imprimer

Confluence

La phase 2 est lancée

Ce n’est pas un mais deux quartiers qui se dessinent à la place de feu le marché gare. Au nord, un secteur dense avec des immeubles de hauteurs différentes, ceinturant des « cours jardinées », qui accueilleront logements, bureaux et commerces. Puis, au sud le « campo », boisé et traversé de ruisseaux, qui abritera quelques petits immeubles probablement dédiés à la recherche. Un emplacement y est d’ores et déjà réservé pour deux tours, mais dont la construction attendra encore une vingtaine d’années. Deux ponts et deux passerelles devront connecter le Confluent au reste de la ville, côté Saône, mais surtout côte Rhône.

Au total, ce sont 24 hectares qui ont été libérés par le départ du marché de gros à Corbas. Soit moins que la première tranche, qui en couvrait 41, et qui doit s’achever en 2011 avec l’ouverture du pôle de loisirs. Cette deuxième phase joue la carte de la mixité. Elle comprendra 45% de logements (dont un quart à un tiers de logements sociaux) et autant de bureaux. Les 10% restants se répartissent entre les commerces et les équipements publics, dont il n’a pas encore été précisé lesquels iront s’installer entre Rhône et Saône. En revanche, on sait déjà que la salle de concerts Le marché gare, un temps menacée, survivra. Le bâtiment frontal de l’ancien marché de gros sera en effet sauvegardé, tout comme certaines des halles, pour préserver le « caractère industriel » du site, comme l’expliquent ses concepteurs. « L’identité du quartier est conservée », se félicite Gérard Claisse, vice-président au Grand Lyon, qui a mené les concertations avec les riverains.

Le cabinet suisse Herzog & de Meuron, assisté par le paysagiste français Michel Desvigne a imaginé un quartier nord assez curieux. Des immeubles, qui feront tantôt 2 étages, pour rappeler l’échelle des halles du marché, tantôt 4 ou 5 comme à Sainte Blandine, y côtoieront des tours de 15 étages, soit la hauteur d’une barre de la Duchère. « L’aménagement ici sera plus soutenu qu’à la Duchère » promet néanmoins Gérard Collomb. Les îlots d’immeubles seront traversants et agencés autour de « cours jardinés », des espaces ouverts, interconnectés par des cheminements piétons.

Un campo à l’aspect d’antan

Ce quartier sera limité au sud par une « transversale », un nouveau boulevard que prolongeront les deux passerelles sur le Rhône et la Saône. Au sud de cette artère commencera donc le « campo », qui se terminera par deux tours de 40 étages, soit une fois et demie la tour Oxygène. Elles ne sont cependant pas pour tout de suite. « D’abord on construira encore 6 ou 7 tours à la Part-Dieu », tempère Gérard Collomb. Puis, autour il y aura donc ce parc public composé, chose curieuse, de parcelles privées. « Une idée de génie », s’écrie Gérard Collomb, pour qui il s’agissait d’éviter que la pointe de la Confluence soit « la zone ». Parsemé de petits immeubles, dédiés aux laboratoires et « chercheurs de haut niveau », dixit le maire, le parc sera parcouru de ruisseaux, comme pour rappeler l’aspect parcellaire que la Confluence avait au moyen âge, lorsqu’elle n’était encore qu’un ensemble d’îles et d’îlots baignant dans les eaux. Ce n’était en effet qu’en 1841 que le quartier fut remblayé et endigué pour prendre l’aspect qu’on lui connaît.

Un quartier difficile d’accès

Le pont des Girondins, le seul accessible aux voitures, reliera la Confluence à Gerland, en enjambant l’autoroute A7, puis le Rhône, pour rejoindre la rive gauche au sud du quartier Général Frère. Les 3 autres ouvrages seront réservés aux piétons et cyclistes (2 passerelles, dont 1 sur la Saône) et à la future prolongation du tram T1 (un pont dédié au sud du pont Pasteur).

Si la Confluence ne sera pas facile d’accès en automobile, il ne sera pas non plus aisé de s’y garer. Ainsi, seule une demie place de parking est prévue par appartement et autant pour 100m² de bureau. En revanche, 1000 places de stationnement seront construites le long du quai Perrache. Quant aux transports en commun, le prolongement du métro A n’est toujours pas au programme. Seule la création d’une halte TER (comparable à la nouvelle gare Jean Macé) est prévue. Sinon, il n’y aura donc que le tram, certes bouclé vers Debourg, pour acheminer (à terme) 17 000 habitants et 27 000 salariés. Mais puisque ce même mode de transport est suffisant pour remplir un stade de 60 000 places...

Les premiers habitants sont attendus dans 7 ans, selon Gérard Collomb, soit le même temps qui était nécessaire pour construire la première tranche.

Images : Asylum, Herzog & de Meuron, Desvigne Conseil, JP Restoy pour Lyon Confluence

Publié le : jeudi 10 décembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite