publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Le chat du rabbin
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Le chat du rabbin

Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya et son chat. Ce dernier dévore un jour le perroquet de son maître et se met alors à parler. Pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut s’en débarrasser, mais le chat fou amoureux de sa maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa Bar-Mitsva. Après plusieurs péripéties et rencontres, le chat parvient à convaincre le rabbin de se lancer, avec d’autres compagnons, en quête d’une Jérusalem imaginaire, au sud de l’Afrique, où vivraient des Juifs noirs. Les voilà alors partis sur la route coloniale…

Fort du succès de son premier film, Gainsbourg, vie héroïque, le bédéaste Joann Sfar a décidé de mettre lui-même en scène sa propre bande-dessinée, Le chat du rabbin, dont il « n’arrive pas à expliquer pourquoi elle a eu un tel succès » (plus de 900 000 exemplaires vendus). Véritable fresque qui raconte la vie dans une Alger colonisée, le film joue avec les couleurs, les personnages, les dialogues. Tout se mélange, tout s’harmonise dans un œuvre poétique et réussie. « Je voulais avant tout dédramatiser les sujets abordés dans le film », explique le réalisateur, la religion, la colonisation… Il y parvient avec brio.

Joann Sfar confie « une fascination amoureuse pour le cinéma », et cela se ressent à l’écran. Inspiré par les récits de sa grand-mère, il a voulu raconter une histoire simple entre un rabbin, sa fille et l’amour que lui porte son chat. Le chat, personnage central du film, emporte le spectateur par le rire. Cet animal qui se comporte finalement comme un enfant, qui fait des bêtises, qui pose un tas de questions, « qui permet de s’adresser à tout le monde », pointe Joann Sfar. Le film brosse également le portrait des familles du Maghreb, en fait même l’autocritique. Car finalement, « qu’elles soient juives ou musulmanes, elles se ressemblent ».

Le chat du rabbin fait parti des rares films d’animation français. Et quand ils sont réussis c’est encore mieux. Joann Sfar, le réalisateur a déjà d’autres projets, mais aucun avec un chat. « Je n’en peux plus de dessiner ce chat », déclare-t-il en riant. Le spectateur, quant à lui, sera heureux de découvrir ou redécouvrir ce trublion de chat au cinéma.

- Long métrage français
- Genre : Animation
- Réalisé par Joann Sfar et Antoine Delesvaux
- Avec les voix de François Morel, Maurice Bénichou, Hafsia Herzi, Mathieu Amalric…
- Durée : 1h40
- Site officiel : www.tfmdistribution.com/film/le-chat-du-rabbin_146
- Sortie : Le 1er juin

Photos : © Autochenille Production - TF1 Droits Audiovisuels - France 3 Cinéma

Publié le : mercredi 1er juin 2011, par Simon Deculty

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite