publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Les petits ruisseaux
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Les petits ruisseaux

Emile, retraité et veuf, connaît une vie paisible faite de petits plaisirs et de rituels. Il partage des parties de pêche avec son ami Edmond. Ce dernier est quasiment son alter ego à la différence qu’il profite des plaisirs de la vie en accumulant les rencontres amoureuses. A sa mort, Emile est seul, le changement s’impose. Lui viennent alors des envies oubliées d’adolescent, des envies d’étreintes, des envies d’aimer, mais aussi des envies d’en finir.

Adaptée d’une bande dessinée du réalisateur, l’affiche de ce premier film de Pascal Rabaté promet sexe, drogue et rock’n’roll, une promesse pour le moins étonnante lorsque l’on sait qu’il s’agit d’une histoire de septuagénaires. Pourtant, c’est bien le leitmotiv de ce film qui nous dit qu’il n’est jamais trop tard pour aimer.

Le duo Daniel Prévost / Philippe Nahon fonctionne à merveille, leur plaisir à jouer ensemble transcende l’écran. « J’ai été content qu’on me propose une histoire qui me corresponde. J’ai été rapidement conquis par la délicatesse des scènes d’amour », explique Daniel Prévost qui incarne Emile. Il ajoute : « Ma vie n’a pourtant pas été spécialement rock’n’roll ». L’un des enjeux du film étaient justement les scènes d’amour « de corps dont les rides ne sont pas les cicatrices du temps ». Pascal Rabaté s’est alors efforcé de les filmer « de façon respectueuse et avec pudeur ». « Je ne veux pas faire un film naturaliste », commente le réalisateur qui se dit inspiré de Jacques Tati.

Fortement influencé par la BD, la beauté des plans est fascinante. « La longueur des plans me permet d’intégrer le spectateur dans l’univers du film », explique Pascal Rabaté. Mais on regrette des dialogues pas toujours convaincants, certaines scènes baignant dans la banalité (« merci » « de rien ») et rappellent de mauvais films français. Il n’en est pourtant pas un. L’humour y est délicieux, la poésie est au rendez-vous. Pour reprendre l’expression d’Edmond dans le film afin de dire qu’il n’est jamais trop tard pour être heureux : « Le passé n’existe pas, seul le futur passe ».

- Long-métrage français
- Réalisé par Pascal Rabaté
- Avec Daniel Prévost, Philippe Nahon, Bulle Ogier, Hélène Vincent, Julie-Marie Parmentier, Bruno Lochet,…
- Genre : Drame , Romance , Comédie
- Sortie : 23 juin

Photos : DR

Publié le : mardi 22 juin 2010, par Youssef Naili

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite