publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Low Cost
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Low Cost

Une compagnie aérienne low cost fait faillite laissant les 120 passagers du vol Djerba-Beauvais cloîtrés dans un Boeing 737 pendant 8 heures, alors que la clim est en panne. Durant ces heures d’attentes, les esprits s’échauffent. C’est dans ce contexte de tension que Dagobert, un jeune névrosé se transforme en chef de rébellion, aidé par l’ancienne hôtesse de l’air, Nuance et un pilote de ligne à la retraite, Jean-Claude. Il entraine les autres passagers dans une aventure où le retour est difficile.

« J’avais envie de faire un film dans un avion, ça n’a presque jamais été fait et c’est un lieu propice à la comédie, c’est aussi un lieu anxiogène », explique Maurice Barthélémy, le réalisateur, qui récidive avec un nouveau film à huis clos après Papa (2005). « Le titre Low Cost est venu ensuite de lui-même ».

Tout le tournage c’est fait dans un Boeing 737 inutilisé et sans climatisation, exactement comme dans le film. « Il faisait plus de 42 °C dans l’avion, l’avantage, c’est qu’il y a certains plans où les comédiens ont, comme l’exige le scénario, le visage creusé par la chaleur et la fatigue, et ce n’est pas grâce au maquillage ! » se souvient Maurice Barthélémy. « Les conditions de travail étaient très difficiles et il y avait pas mal de contraintes physiques. Il était difficile de tenir le rythme », acquiesce Judith Godrèche.

« Ce film n’est pas tiré d’une de mes expériences. Je me suis inspiré du quotidien, des attitudes des gens dans les salles d’attentes, c’est donc plus des tranches de vie, que des sketchs que l’on voit. » explique le réalisateur. Et ce n’est pas non plus un pamphlet anti-low cost. « Il y a autant de dysfonctionnements et de contraintes dans les compagnies régulières », poursuit-il, « sur Internet, j’ai lu des choses encore pire que ce qu’il y a dans le film. »

Le film profite des performances remarquables, tant des acteurs principaux que des seconds rôles et figurants. Le choix des acteurs est très cohérent, il « s’est fait tout seul pour Jean-Paul Rouve, Gérard Darmon et Judith Godrèche », affirme Maurice Barthélémy. Et pour cause, Jean-Paul Rouve est un ancien compagnon des Robins des Bois, la troupe comique lancé en 1997 par Dominique Farrugia, tandis que Judith Godrèche partage la vie du réalisateur.

Le film est très prenant malgré quelques passages à vide, il est impossible de s’ennuyer. Les références et les stéréotypes se succèdent en même temps que les boutades entre passagers. « En fait, dans cet avion, c’est un peu la France en réduction » résume Maurice Barthélémy. Toutefois, il faut voir le film pour tenter de comprendre cette dernière citation.

- Long-métrage français
- Réalisé par Maurice Barthélémy
- Genre : Comédie
- Avec Jean-Paul Rouve, Judith Godrèche, Gérard Darmon...
- Durée : 1h29
- Site officiel : www.lowcost-lefilm.com
- Sortie : 8 juin

Photos : DR

Publié le : mercredi 8 juin 2011, par Nora Bariguian

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite