publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Luisa Miller : le triomphe d’Ermonela
Partager : 
Imprimer

Actuellement à l’Opéra de Lyon

Luisa Miller : le triomphe d’Ermonela

Ermonela Jaho incarne une Luisa Miller très émouvante dans l’opéra de Verdi créé en 1849 d’après un drame du poète allemand Schiller. Une fois de plus, la belle soprano albanaise démontre son immense talent.

Luisa est une jeune et fraîche paysanne. Elle vit seule avec son père, un ancien soldat. Luisa s’éprend et est aimée en retour d’un jeune homme, Rodolfo, le fils du potentat local, le Comte Walter. Le Comte s’oppose à ce mariage, puisqu’il rêve de l’unir à la duchesse Federica, signant ainsi son ascension sociale. En réalité, le Comte Walter a fait assassiner le père de la duchesse afin d’usurper son titre. Rodolfo, au courant de cet honteux secret, menace son père de le révéler s’il n’autorise pas son union à Luisa. Un vain stratagème, puisque l’homme de main du Comte, Wurm, épris de Luisa, va tramer un complot qui mènera le jeune couple à sa perte.

1849-2011 : l’oppression continue

150 ans après sa création, Luisa Miller n’a rien perdu de son actualité. Si les mariages forcés se sont raréfiés dans nos sociétés occidentales, la domination des puissants sur les plus faibles reste encore hélas plus que d’actualité. L’opéra de Verdi dénonce par ailleurs l’oppression des femmes par le patriarcat. Elles ne sont finalement que de simples jouets entre les mains des hommes.

Un message souligné par la mise en scène de l’Américain David Alden, qui, dans l’un des nombreux tableaux de chœurs, donne à voir une jeune prostituée passant de mains en mains, telle une poupée de chiffon, parmi une assemblée de bourgeois en costumes trois pièces. Même le père de Luisa, – incarné par l’extraordinaire baryton Sebastian Cantana – s’inquiète des assiduités du fils du Comte auprès de sa fille : ne serait-ce pas un simple coureur de jupons ? Modèle idéal d’amour paternel, il se soucie finalement plus de son honneur que du bonheur de sa fille.

Moments de grâce et de pur bonheur

S’il y a une chose à retenir, ce sera la prestation sublime de grâce, de pureté et de virtuosité de la soprano Ermonela Jaho. Sa voix parfois, souvent, dépasse le registre humain pour se hisser au royaume des anges : point besoin d’être savant ès opéra pour être touché au plus profond de son âme. L’éclosion de son amour pour Rodolfo et les duos avec son père sont de purs moments de bonheur. Rien que pour cela Luisa Miller mérite le détour.

Notons également un Wurm (Alexey Tikhomirov) machiavélique à souhait, servi par une mise en scène subtile qui le fait ramper tel un serpent dans les jupes de la jeune fille en fleurs. Un Wurm qui n’est pas sans rappeler le Méphistophélès de Goethe, forçant Luisa à signer un pacte diabolique qui la conduira à sa perte.

Les décors et les costumes de Gidéon Davey misent sur la sobriété et le symbolique : un atelier de luthier pour souligner la modeste condition sociale de Miller ; une immense statue de cheval sur laquelle trône en amazone la duchesse Federica, un drapeau germanique en toile de fond - couronne noire sur tenture rouge - symbole de son appartenance à l’aristocratie impériale. Une petite faute de goût peut-être : le lit métallique de Luisa isolé sur le plateau lors de la scène d’ouverture fait plus songer à un lit d’hôpital qu’à celui d’une future jeune mariée. Un choix intentionnel pour suggérer la tragédie à venir ? Peu de chose finalement face à l’excellence de l’interprétation d’Ermonela Jaho, servie par une direction musicale impeccable de Kazushi Ono.

Info : à l’affiche de l’opéra de Lyon jusqu’au 1er mai

Photo : © Jean-Louis Fernandez / Opéra de Lyon

Publié le : dimanche 24 avril 2011, par Florence Leray

Réagir : 

Galerie photos (2 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



2 commentaires pour cet article


  • Luisa Miller : le triomphe d’Ermonela 27 avril 2011 à17:11, par Edlira Dedja

    Excellent article pour une excellente soprano !
    Ermonela Jaho !
    Quel style, quelle élégance et quelle présence en scène !
    Cette Luisa Miller doit être vue d’abord pour elle.



  • Luisa Miller : le triomphe d’Ermonela 2 mai 2011 à12:39, par Tirésias

    J’étais à la dernière représentation de Luisa Miller hier après-midi et en suis sorti totalement bouleversé. Les quelques imperfections ou choix discutables n’auront jamais pris le pas sur la qualité d’ensemble de ce spectacle. Sans parler d’Ermonela Jaho qui aura su se sublimer pour incarner une Luisa de légende.

    Cette Luisa Miller de très haute tenue artistique aura démontré, s’il était encore besoin, que l’émotion reste le moteur essentiel de l’opéra.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite