publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Lyon sous l’oeil de Truphémus
Partager : 
Imprimer

Toiles de maître

Lyon sous l’oeil de Truphémus

L’hôtel de région propose de (re)découvrir l’immense peintre Jacques Truphémus, qui a fait de Lyon sa ville d’adoption. L’exposition Les trois lumières dévoile quelques 120 œuvres, dont certaines inédites, du peintre rhônalpin. Trois atmosphères très différentes sont représentées sur les 600 m² réservés à l’exposition : Lyon, le Nord et les Cévennes.

Gastronomie, fleuves, c’est sous ses nombreuses facettes que la ville de Lyon a été représentée par Jacques Truphémus. La série Les cafés de Lyon, peinte de 1972 à 1979, montre des personnages attablés dans des bistros de la ville. A travers une palette allant des mauves au gris en passant par le rose, cet habitué du Café Bellecour à l’heure du repas, veut suggérer « l’accord entre le cadre vieillissant et une certaine population qui trouvait là un peu d’humanité, de chaleur et, dans le silence succédant à des atmosphères plus bruyantes, la possibilité de poursuivre leur rêverie personnelle ».

Le jeu graphique se poursuit dans les peintures extérieures, avec quelques toiles des berges du Rhône. Les traits et la lumière d’hiver, « la plus belle de Lyon », et les couleurs pastel, suggèrent plus qu’elles ne montrent. « Avant d’être un sujet, la peinture est un langage sensible et poétique », explique-t-il. « Ce qui compte dans les peintures c’est l’émotion, le sentiment d’espace et de lumière ».

Et Lyon lui offre tout cela. « C’est par la qualité de sa lumière et de ses nuances, révélant la beauté secrète de la ville, que Lyon m’est apparue lors de mes premières rencontres dans sa réalité…ou son irréalité. »

Né à Grenoble en 1921, il a fait de Lyon sa ville d’adoption. De 1942 à 1945, il étudie aux beaux-arts de Lyon, reçoit l’enseignement d’Antoine Chartres et côtoie Cottavoz, Philibert–Charrin et Fusaro des peintres de la nouvelle figuration.

Il saisit alors la lumière à l’aide de pâtes grasses colorées. Après 1970, il évolue vers une peinture plus dépouillée, influencée par un voyage au Japon. Il laisse la part belle à la suggestion dans ses toiles, grâce notamment à l’utilisation du blanc.

Cette richesse a fait dire au peintre Balthus : «  Vous voyez en peintre. Et vous vivez à travers votre peinture. Vous appartenez à la lignée des Morandi et certains de vos paysages me font penser à Giacometti – tout en étant essentiellement Truphémus – c’est-à-dire unique ».

L’exposition se décline également en six autres thèmes retraçant son parcours de 1951 à 2011 : les paysages du Nord, le Japon, les Cévennes, portrait d’Aimée et autoportraits, natures mortes et ateliers de Lyon et du Vigan. L’occasion de vivre, à la vue des paysages des Cévennes, ce « choc esthétique et émotionnel », selon les mots de Jean-Jack Queyranne, président du conseil régional de Rhône-Alpes.

Info : du 3 mars au 23 juin, Hôtel de région, 1 esplanade François Mitterrand, Lyon 2ème (Confluence). Journées spéciales : 24 Mars (dédicaces d’Yves Bonnefoy et Denis Lafay, co-auteurs du livre Jacques Truphémus), 19 mai (Nuit des Musées), 14 avril et 9 juin (Samedi en famille)

Photo : © Région Rhône-Alpes

Publié le : vendredi 2 mars 2012, par Bruno Poncet

Réagir : 

 


3 commentaires pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite