publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »
Partager : 
Imprimer

Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s’est conclu dimanche 18 octobre sur un dernier hommage au lauréat 2015, Martin Scorsese. De nombreuses personnalités du septième art étaient venues saluer le réalisateur, avant qu’il ne décolle pour New York. On a ainsi pu apercevoir Abbas Kiarostami, Max von Sydow, Virginie Efira ou encore Michel Hazanavicius dans une Halle Tony Garnier, qui affichait complet.

« Tous ces gens vont regarder Les affranchis ? » s’est exclamé, candide, son auteur au moment où l’immense salle était sur le point de s’obscurcir pour la projection du long métrage. Vif, violent et survolté, nommé six fois aux Oscars, le film est l’une des pièces maîtresses de l’œuvre de Martin Scorsese.

En plongeant dans le quotidien des truands new-yorkais du milieu du XXème siècle, le réalisateur dresse ici un portrait réaliste, presque documentaire de la mafia américaine. Un travail qui lui a valu, d’être « blacklisté de certains restos italiens de New York », s’était-il amusé au cours d’une master class qu’il animait deux jours plus tôt. Ses détracteurs lui reprochaient alors d’idéaliser le crime.

Sauver le septième art

« Il y a un besoin de se battre pour le cinéma contre la folie des images », s’est écrié Martin Scorsese plus tôt dans la soirée, après la diffusion de quelques clips en hommage à l’histoire du cinéma et aux œuvres du lauréat. Un combat cher au cinéaste dont la fondation The Film Foundation œuvre à la restauration de films anciens du patrimoine cinématographique mondial.

Cette septième édition du Festival Lumière aura permis aux Lyonnais de retrouver, tout au long de la semaine, les émotions et la cinéphilie des salles obscures. De Chien enragé (1949) à Spartacus (1960), les écrans de la métropole de Lyon ont vibré au rythme de larges thématiques. La nuit de la peur, samedi soir, a vu se côtoyer des films de George Romero (La nuit des morts-vivants), Sam Raimi (Evil Dead), John Carpenter (The Thing) et James Wan (Insidious).

Un autre géant de l’histoire du cinéma était à l’honneur cette année, Akira Kurosawa. Grand admirateur du cinéma muet, ses films se distinguent par une mise en scène soignée. A l’instar de Vivre, un long métrage qui raconte l’histoire d’un homme à qui il ne reste plus que quelques mois à vivre. Atteint d’un cancer de l’estomac, ce chef de l’accueil d’une mairie, décide alors de se mettre au service de ses administrés.

De nombreux documentaires ont été diffusés, notamment Belmondo par Belmondo, mardi au Pathé Bellecour, retraçant la carrière de l’acteur français, présent pour l’occasion. D’autres personnalités étaient également à l’honneur de documentaires : Ingrid Bergman, Alfred Hitchcock, François Truffaut, Gérard Depardieu, Pierre Rissient ou encore Romy Schneider.

Le festival s’est encore une fois distingué par une programmation extrêmement riche. Aux côtés de films muets (La passion de Jeanne d’Arc de Carl Theodor Dreyer), se trouvaient des films des années 1980 (Hôtel des Amériques d’André Téchiné), de très nombreuses restaurations (Les fous de Bassan d’Yves Simoneau), de films mexicains (Enamorada d’Emilio Fernandez), de films français conseillés par Bertrand Tavernier (Battement de cœur d’Henri Decoin), d’un hommage pour l’acteur Jean Yanne (Regarde les hommes tomber de Jacques Audiard), de films avec Mads Mikkelsen (Le guerrier silencieux, Valhalla Rising de Nicolas Winding Refn), d’un hommage à Pixar (Toy Story de John Lasseter), à Julien Duvivier (Pépé le moko) d’une carte blanche pour Martin Scorsese (Le crime était presque parfait d’Alfred Hitchcock), ainsi que de ses films (Taxi driver).

Grand absent de la cérémonie, le président de ce festival Bertrand Tavernier, convalescent, n’a donc pu s’adresser au lauréat comme il en a l’habitude. Le directeur du festival, Thierry Frémaux, s’est toutefois voulu rassurant en annonçant que son opération s’est bien déroulée.

Photo : © Youssef Naili

Publié le : lundi 19 octobre 2015, par Youssef Naili

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite
La vie moderne

Une Biennale « moderne » pour comprendre le monde

« J'espère que les œuvres vont susciter des questions chez les visiteurs », clame Thierry Raspail, directeur (...)
La suite