publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > « Orphée et Eurydice » enchante les oreilles, pas les yeux
Partager : 
Imprimer

Opéra de Lyon

« Orphée et Eurydice » enchante les oreilles, pas les yeux

Orphée et Eurydice, œuvre de Christoph Wilibald Gluck, actuellement à l’affiche de l’Opéra de Lyon, ravit les oreilles – un immense bravo aux artistes et à l’orchestre ! -, mais déçoit en raison d’une mise en scène ratée, victime d’un excès de modernité.

Selon le mythe grec, raconté notamment par Ovide dans les Métamorphoses, Orphée, désespéré par la mort de sa femme Eurydice, emportée par les morsures d’un serpent le jour de ses noces, obtient du dieu Hades la permission exceptionnelle d’aller chercher sa femme aux Enfers. Mais à l’unique condition qu’il ne se retourne pas ni ne lui parle avant d’avoir atteint le monde des vivants. Or, inquiet de ne plus entendre les pas de sa femme, Orphée se retourne et perd ainsi à jamais Eurydice qui meurt une seconde fois.

Orphée et Eurydice est le trentième et le plus célèbre opéra de Christoph Wilibald Gluck (1714 – 1787). Le compositeur allemand choisit dans son livret en italien de 1762 de réécrire l’histoire pour lui donner une fin heureuse. En effet, touché par sa douleur, l’Amour décide de rendre Eurydice à Orphée, réunissant ainsi à nouveau les deux amants.

Nous avons aimé :

Les voix  : elles sont toutes sublimes, des deux héros – Orphée (Christopher Ainslie) et Eurydice (Elena Galitskaya) – aux Amours (les petits élèves de la Maîtrise de l’Opéra de Lyon) en passant par le chœur. A noter en particulier la très jolie voix, aux notes très tenues, du contre-ténor Christopher Ainslie.
La musique : lancinante, douce et charmeuse – parfois poignante - comme l’amour, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon dirigé par Enrico Onofri ravit les mélomanes. Avec une mention spéciale pour la harpe (Sophie Bellanger) – mythe d’Orphée oblige ! – et le hautbois (Luca Mariani).
Le jeu dramatique de Victor von Halem (Orphée vieux) : avec son faux air de Michael Lonsdale, ce célèbre Basse est émouvant dans le rôle d’un Orphée âgé qui, au soir de sa vie, n’a jamais vraiment existé, n’a jamais vraiment pu aimer, et a vécu tel un somnambule dans le souvenir de l’être aimé.
La scène I de l’acte II : lorsqu’Orphée chante : « Ombres accablées, je souffre/Comme vous mille tortures, je souffre aussi !/Je porte mon enfer avec moi » ; puis : « vous seriez moins cruels/Pour mes pleurs, mes lamentations/Si, un seul instant, vous éprouviez/Ce qu’est la souffrance d’aimer ». Suit alors un tableau scénique très fort, lorsque les ombres infernales, charmées par le chant d’Orphée, l’entourent et l’acceptent comme l’un des leurs…
L’air Che faro senza Euridice (Que ferai-je sans Eurydice ?) : peut-être l’air le plus célèbre et le plus poignant de cet opéra à la fin de la scène I de l’acte III.

Nous avons moins aimé :

La mise en scène de David Marton : la volonté de modernité du metteur en scène ne fonctionne pas. Associer à cet opéra poignant la projection simultanée d’un texte aussi fort et désespéré qu’est Le Calmant (1945) de Samuel Beckett divise l’attention : il est difficile de lire à la fois le texte de Beckett et les sous-titres en français du livret italien… Résultat : la pièce perd en tension dramatique. Un opéra aussi riche en émotions se suffit à lui-même.
Les costumes et le décor : banalisés (une gare, des vêtements des années 50, un dîner familial) ils aplatissent l’intensité dramatique d’Orphée et Eurydice. Cet opéra aurait sans doute gagné à miser sur une mise en scène onirique ainsi que des costumes et des décors intemporels aux lignes classiques et aux couleurs sobres, proches de l’allégorie.

Toutefois, quel que soit le parti pris scénique, cet opéra assez court – 1h35 – vaut le déplacement ne serait-ce que pour la qualité des voix et le plaisir de découvrir ou de redécouvrir l’Opéra des opéras, puisque l’Orféo est initialement un opéra de Monteverdi joué en 1607 à Mantoue. Et puis nul amoureux sur Terre ne peut rester insensible aux tourments infernaux liés à la perte de l’être aimé…

Info : dernière représentation dimanche 29 mars à 16h à l’Opéra de Lyon.

Photo : Opéra de Lyon

Publié le : samedi 28 mars 2015, par Florence Leray

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Mettre les moyens sur un orchestre de 30 musiciens est très louable ; mais aller payer des gens pour déformer les oeuvres à ce point n’est pas digne du niveau de l’Opéra de Lyon.

    La modernité peut à loisir s’exprimer dans des oeuvres écrites en conséquence, je ne pense pas que les admirateurs de Gluck soient enclins à ce travers.

    Pourquoi dans un centre culturel français de cette renommée les premiers mots adressés au public étaient anglophones ?
    Un spectateur révolté.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite