publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Potiche
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Potiche

1977. Sainte-Gudule, quelque part en province. Ses coiffures sur-laquées, ses gros téléphones enrobés de moquettes, sa bande sonore rétro et ses bourgeoises en quête d’émancipation... François Ozon restitue avec humour et minutie l’ambiance d’une époque.

Suzanne Pujol (Catherine Deneuve) est l’épouse d’un chef d’entreprise odieux, machiste et infidèle : un Fabrice Lucchini en grande forme. En bonne bourgeoise soumise, elle occupe ses journées à prendre soin de sa petite famille, ses tâches domestiques, son footing et écrire ses pensées en vers. Elle est toute mignonne ! En bon mari dominateur, monsieur Pujol veille à couper la chique à toute velléité d’émancipation, libérant à chaque conversation un tacite soit belle et tais toi, qui ne fait pas bouger d’un cheveu l’impeccable mise en pli de madame. Bien sûr madame Pujol ne travaille pas. Mais ça ne l’empêche pas d’être moderne. C’est en vidant son lave-vaisselle qu’elle chante sa joie sur des tubes de Michèle Torr. Une potiche en somme... Lorsque monsieur Pujol est blessé lors d’un conflit avec ses salariés, rien ne prédispose donc madame à reprendre les commandes. Et pourtant, cette bourgeoise provinciale au foyer va révéler de belles aptitudes de chef. Exit le paternalisme vieille France de monsieur. Voici l’heure d’un nouveau patronat : sexy, conciliant et chaleureux. Et l’homme devient le passé d’une nouvelle femme !

Adapté d’une pièce de boulevard de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy mise en scène en 1980, Potiche fait un clin d’œil un peu kitsch aux combats des femmes des années 70. L’émancipation par le travail oui, mais sur un air de disco ! Jacqueline Maillant avait à l’origine rencontré un vif succès avec une Suzanne tonique. Catherine Deneuve la reprend avec son style et donc un peu plus de distinction. Elle réalise une juste transition de la bourgeoise docile vers la bourgeoise émancipée. Son personnage de dirigeante volontaire et maternante prend parfois les allures d’une Ségolène Royal en campagne. Et ce portrait d’une autre époque ne semble pas si révolue au final...

En injectant des clins d’œil à la vie politique et sociale française d’aujourd’hui, dont un petit « casse toi pauv’ con », le réalisateur de Huit Femmes réussit une adaptation au goût du jour. Très Ozon, cette comédie est gentillement décalée, satirique et colorée. Le film est servi par une distribution de belles personnalités que viennent aussi garnir Gérard Depardieu, Karine Viard et Judith Godrèche. A noter la présence d’Elodie Frégé, ancienne apprentie-chanteuse de la Star Academy saison 3, qui fait sa reconversion dans le cinéma. Ils s’inscrivent dans un film qui résonne avec son univers musical teinté seventies. Ozon confirme avec cette distribution l’ancrage résolument grand public du film.

- Long-métrage français
- Réalisé par François Ozon
- Avec Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Fabrice Luchini, Karin Viard, Judith Godrèche...
- Site officiel : www.potichelefilm.fr
- Durée : 1h43
- Sortie : 10 novembre

Photos : © Mars Distribution

Publié le : dimanche 14 novembre 2010, par Aurélie Marois

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite