publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Rien à déclarer
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Rien à déclarer

Très attendu, le nouveau film de Dany Boon ne déçoit pas. Rien à déclarer est sans doute un peu moins drôle que les Ch’tis mais l’idée de la disparition de la frontière franco-belge constitue un excellent point de départ pour cette nouvelle comédie populaire. Avec Benoît Poelvoorde dans le rôle du gendarme belge francophobe de père en fils et Dany Boon, qui interprète le gendarme français amoureux de la sœur de son ennemi, le casting s’annonçait prometteur.

Deux ans après Bienvenue chez les Ch’tis, Dany Boon revient sur le devant de la scène avec Rien à déclarer. « Je ne veux pas décevoir », déclare le comédien-réalisateur qui a consacré 2 années à l’écriture du scénario avec une amusante idée de départ : la disparition de la frontière franco-belge en 1993.

Ruben Vandevoorde est un douanier belge issu d’une famille francophobe, qui effectue sa mission de filtrer les entrées dans son pays avec beaucoup, beaucoup de sérieux. L’ambiance est ainsi assez tendue avec ses homologues français. Côté français, le gendarme Mathias Ducatel, entretient en cachette une relation amoureuse avec la sœur de son homologue et ennemi belge.

Désireux de se marier, Mathias Ducatel accepte de devenir le co-équipier de Vandervoorde au sein de la première brigade mixte franco-belge. A bord d’une 4L, le duo traque alors les trafiquants de drogue sur les routes de campagne.

La performance de Benoît Poelvoorde dans le rôle du gendarme belge ultranationaliste est excellente. Il parvient à rester crédible dans son costume de fou intransigeant et obsessionnel, tout en étant complètement ridicule. « J’avais déjà joué des rôles autoritaires mais jamais dans un uniforme. J’ai trouvé ça très jubilatoire », observe l’acteur belge. On peut saluer l’intuition de Dany Boon et son choix de l’acteur belge : « J’ai écrit le rôle pour lui », affirme-t-il.

Les gags manquent toutefois un peu de fraîcheur. Dans les comédies françaises, nos hommes en bleu nous ont déjà beaucoup fait rire oscillant entre inefficacité, héroïsme, ridicule et simplicité. Rien à déclarer reste néanmoins une comédie efficace, où on en reprendrait bien encore un peu.

- Long-métrage français, belge
- Réalisé par Dany Boon
- Avec Benoît Poelvoorde, Dany Boon, Chritel Pedrinelli, Karin Viard, François Damiens...
- Durée : 1h48
- Sortie : 2 février 2011

Photos : © Nicolas Borg, DR

Publié le : mercredi 2 février 2011, par Nicolas Borg

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite