publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Switch
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Switch

Switch.com. Un simple clic et Sophie Malaterre, une jeune québécoise, perd complètement le contrôle de sa vie. Pour échapper à la monotonie, elle échange pour un mois son logement de Montréal contre un duplex à Paris avec vue sur la Tour Eiffel. Un paradis pour se retrouver. Mais ce paradis va se transformer en enfer quand, le lendemain matin, la police la réveille. Dans la chambre à côté se trouve un cadavre décapité. Elle n’a plus aucun moyen de prouver qu’elle n’est pas Bénédicte Serteaux, la propriétaire des lieux. Elle n’a pas seulement changé d’appartement, mais de peau et de destin.

Switch (Échange) fait partie de ces thrillers où, à partir d’une situation d’apparence banale, tout bascule. Le film est le fruit d’une première collaboration entre le réalisateur Frédéric Schoendoerffer et l’écrivain Jean-Cristophe Grangé, qui signe ici son premier scénario pour le cinéma.

Pour plus authenticité, le rôle principal a été confié à la Québécoise Karine Vanasse. Même s’il lui a fallu perdre son accent canadien. « J’ai travaillé sur les dialogues avec un coach pour avoir une prononciation normale », raconte l’actrice. Connue du public outre-atlantique pour avoir co-animé l’émission à succès les Débrouillards, Karine a commencé sa carrière d’actrice en 1999 d’abord à la télévision, avant de faire ses premiers pas au cinéma dans Emporte-moi. Switch est son premier thriller. « J’avais pas vraiment de carrière en France, on ne me connaissait pas. C’était donc un vrai pari de la part de Frédéric Schoendoerffer et Jean-Cristophe Grangé. Ça m’a touché », se souvient la jeune Québécoise.

C’est l’ancien footballeur Eric Cantona, qui lui donne la réplique dans le rôle du commandant de la Crim’ Damien Forgeat, en charge de l’enquête. « Eric Cantona ressemble aux flics que je connais. Des provinciaux montés à Paris et qui ont gardé leur accent », explique le metteur en scène.

Switch fait la part belle aux scènes d’interrogatoire et de course-poursuite. Le rapport psychologique entre les protagonistes est palpable. « Le travail a été très minutieux. Pour des raisons de budget on n’a eu que 39 jours pour filmer », précise le réalisateur. Malgré cela, le film est riche en scènes d’action. « Le dynamisme, la cadence des scènes ont donné de l’énergie, aussi aux acteurs », ajoute Fréderic Schoendoerffer, également réalisateur de Scènes de crimes (2000) et Truands (2007).

Switch est un thriller efficace qui véhicule même un message : « Quand il y a trop d’injustice, il faut résister et se battre », conclut Frédéric Schoendoerffer.

- Long-métrage français
- Réalisé par Frédéric Schoendoerffer
- Genre : Thriller
- Avec : Karine Vanasse, Eric Cantona, Mehdi Nebbou…
- Durée : 1h40
- Site officiel : www.publi-leparisien.fr/switch/
- Sortie : 6 juillet 2011

Photos : DR

Publié le : mercredi 6 juillet 2011, par Angela Murgulescu

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite