publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Tristan et Isolde : du pur Wagner
Partager : 
Imprimer

Actuellement à l’Opéra de Lyon

Tristan et Isolde : du pur Wagner

Puissance vocale et décors imposants : tels sont les maîtres mots pour qualifier le Tristan et Isolde de Richard Wagner, sous la direction musicale de Kirill Petrenko, dont la première a été donnée le 4 juin à l’Opéra de Lyon.

Ils ne passent pas inaperçus : eux, ce sont bien sûr Tristan, héros de Cornouailles, alias le ténor américain Clifton Forbis et Isolde, princesse d’Irlande, alias la soprano danoise Ann Petersen. Le public – surtout aux premiers rangs, où l’on ressent physiquement les ondes vibratoires de leurs voix nous traverser – ne peut être qu’impressionné par la puissance vocale de ces deux artistes. Et il en faut pour chanter du Wagner. Le pauvre Ludwig Schnorr von Carosfeld, le premier ténor, chéri par Wagner, à avoir interprété le rôle de Tristan lors de la première le 10 juin 1865 devant le roi Louis II de Bavière au théâtre de la cour de Munich, en meurt à peine un mois plus tard, le 21 juillet 1865…

Des décors fascinants, spectaculaires et froids

Les décors d’Alfons Florès, imaginés par le metteur en scène Alex Ollé, ne peuvent non plus passer inaperçus par leur taille imposante et la fascination qu’ils exercent : une énorme sphère apparaît dès l’ouverture de l’Opéra. Cette boule géante semble être faite de béton grisâtre sur laquelle sont projetées des images lunaires. En arrière-plan, des vagues en mouvement d’une mer noire sous un ciel étoilé nous invitent d’emblée dans un espace-temps menaçant et passionnel. Des projections de silhouettes de troncs d’arbre sur la sphère – qui s’ouvre en deux pour se transformer tantôt en château-prison du roi Marke, tantôt en château-fort de Tristan – complète l’ambiance bucolique, froide et nocturne de l’ensemble, bref, très romantique, très… wagnérienne. Des décors épurés, sombres et modernes qui ne sont pas sans rappeler la façade demi-cylindrique de l’Opéra de Lyon lui-même, conçu par Jean Nouvel.

Une jolie voix pour un second rôle

La seule note de chaleur dans cet opéra est donnée par les projections de cercles de feu qui encerclent le couple Tristan et Isolde à la scène 2 de l’acte II, symbole de leur amour ardent et fatal. Une intention scénographique ici peut-être un peu lourde, en tout cas un tantinet kitch. Cette scène offre néanmoins une autre surprise : tout à leur sommeil amoureux, Tristan et Isolde sont bercés par une très jolie voix de mezzo-soprano qui semble surgir de nulle part : mais où est donc la chanteuse ? Ne cherchez pas, vous ne la verrez pas. Elle est cachée derrière les décors. La jolie voix en question est celle de l’Arménienne Stella Grigorian - alias Brangaine, la servante d’Isolde. Née en Géorgie, cette jeune femme de 39 ans possède une voix très mélodieuse et infiniment touchante – ce qui fait justement défaut aux autres interprètes de cet opéra wagnérien. Stella, qui raconte comment elle a « appris à chanter en écoutant des voix de-ci, de-là » et comment elle « demandait aux autres chanteurs lorsqu’elle ne savait pas faire » - elle est tout de même diplômée du Conservatoire de Vienne - nous donne la clef de cette si jolie voix : c’est peut-être tout simplement celle qui vient du cœur.

L’amour par-delà la mort

Tristan et Isolde est un opéra inspiré d’une légende médiévale bretonne. Wagner a choisi la version de Gottfried de Strasbourg pour écrire son livret. Une histoire d’amour tragique. La passion dont se consument Tristan et Isolde n’est pas naturelle : elle est le fruit d’un philtre. Elle n’en est pas moins désormais réelle, dévorante et éternelle. Béatitude ou damnation ? Hélas le philtre d’amour était destiné au roi Marke, l’oncle de Tristan. Son union avec Isolde devait être un gage de paix entre l’Irlande et la Cornouailles.

Coupable de trahison aux yeux de son oncle, Tristan est abattu par l’un de ses hommes de main. Dans le coma – « dans le vaste royaume de la nuit » - il n’en revient que pour revoir celle qu’il aime ardemment, Isolde. Il la reverra, mais seulement pour mourir dans ses bras. La sphère, ici, devient tombeau spectral. Isolde voit l’âme décorporée de Tristan décédé : « Le voyez-vous, amis ? Vous ne le voyez pas toujours plus clair, comme il brille, comme il s’élève rayonnant d’étoiles ? ».

Transfigurée, un halo lumineux, une sainte gloire autour de sa tête, Isolde meurt d’amour et rejoint son amant dans l’au-delà : « Dans le flot qui monte, dans le son qui vibre, dans la grande respiration du souffle du monde me noyer, m’engloutir, sans conscience – Extase ! ». Comme l’écrivit au 12ème siècle avec tant de poésie Marie de France dans le Lai du chèvrefeuille, poème dédié à Tristan et Isolde : « Belle amie, ainsi est de nous : Ni vous sans moi, ni moi sans vous ! ».

Info : Opéra de Lyon, jusqu’au 22 juin.

Photos : Opéra de Lyon

Publié le : lundi 6 juin 2011, par Florence Leray

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



1 commentaire pour cet article


  • Tristan et Isolde : du pur Wagner 25 juin 2011 à23:15, par funkymelo69

    Cet article me paraît assez injuste envers cette trés belle production du chef d’ oeuvre de Wagner. Ann Petersen, dans le rôle d’ Isolde, ne s’ est pas seulement distingué par sa puissance vocale mais aussi aussi par la subtilité de ses nuances vocales et une grande intelligence dramatique, en particulier dans le premier acte. J’ ai trouvé la mise en scène trés belle, avec de judicieuses projections vidéo qui épousent le mouvement musical. Les anneaux de feu au deuxième acte ne sont pas, il est vrai, du meilleur goût mais justes sur le plan symbolique. Le mélancolique troisième acte a été superbement interprété par Clifton Forbis, dans le rôle de Tristan. Au final, c’ est un spectacle exceptionnel que nous offre l’ Opéra de Lyon.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite