publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Tu seras mon fils
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Tu seras mon fils

Paul de Marseul, est un vigneron exigeant et passionné, propriétaire d’un prestigieux vignoble à Saint Emilion. Il travaille avec son fils, Martin, sur le domaine familial. Mais, Paul n’a jamais eu d’estimé pour son fils et ne supporte pas l’idée qu’il puisse un jour lui succéder. Il rêve d’un autre fils plus charismatique, plus talentueux. Il croit l’avoir trouvé quand Philippe, le fils de son régisseur arrive dans la propriété. Un drame éclate entre deux pères et deux fils.

« Cette histoire est inspirée d’une scène que j’ai vue dans le film de Sean Penn “Into the wild”, où un vieil homme proposait au jeune héros de l’adopter », raconte le réalisateur Gilles Legrand. Après La jeune fille et les loups sorti en 2007, Legrand, a voulu créer ici un univers autour de la paternité, l’attachement à la terre, la transmission du patrimoine et le savoir. En résulte un film noir et impitoyable. « Les scènes sont parfois d’une cruauté infinie », reconnaît le metteur en scène, « mais les gens peuvent aussi jubiler. »

La relation entre le père et son fils prend peu à peu des dimensions dramatiques. Chacun a sa personnalité, chacun a ses échecs. « L’importance dans cette histoire, c’est qu’on peut comprendre tous les personnages et leurs motivations », souligne le réalisateur. La force de chaque personnage se traduit justement par son impuissance : Martin (Lorànt Deutsch) ne réussit pas à se faire accepter par son père et François (Patrick Chesnais) père de Philippe, atteint d’un cancer, ne peut accepter que son fils s’attache à une autre figure paternelle. Enfin, personnalité puissante dans la vie et sur la toile, Niels Arestrup incarne Paul, un homme exigeant aux répliques cyniques, qui suscitent le sourire des spectateurs.

« J’ai voulu qu’on aime et déteste en même temps le personnage de Niels Arestrup », commente le réalisateur. Comment l’ont ressenti les autres acteurs ? « J’avais peur de ne pas être à la hauteur. Mais j’ai réussi à prendre du recul grâce à son regard, à sa force », avoue Nicolas Bridet, qui incarne le fils idéal. « Quant au personnage de Lorànt Deutsch, j’ai eu envie de le sauver, le rendre sympathique et digne », ajoute Gilles Legrand.

Ce déchirement d’une famille se déroule dans le cadre idyllique d’un domaine de Saint-Emilion. « Au départ, je voulais tourner en Bourgogne car j’avais besoin d’un endroit où on produit du vin blanc et rouge », explique Gilles Legrand. « Mais je n’ai pas trouvé ce château de mes rêves ». L’intrigue se passe donc dans le Bordelais où Paul de Marseul cultive entre autres un vin blanc, le Pouilly de Marseul. « Cela va surement choquer les spécialistes », sourit le metteur en scène, « mais il existe quelques originaux à Bordeaux qui ne respectent pas le jeu tyrannique des appellations. »

L’ambiance sombre du film est amplifiée par la musique funéraire de Vivaldi, réarrangée par Armand Amar pour l’ouverture et la fermeture du film. « J’avais entendu dans “Home” de Yann Artus-Bertrand Sandrine Piau chanter le “Cum Dederit” de Vivaldi, qui m’avait transporté », se souvient le réalisateur.

A travers la dureté d’un père intransigeant, la tristesse et la colère de son fils, le charme d’un nouvel arrivé, la douceur des personnages féminins, la fascination pour le vin, ce film amène le spectateur à réfléchir sur la relation père-fils et le droit de substituer une personne à une autre.

- Long-métrage français
- Réalisé par Gilles Legrand
- Genre : Drame
- Avec : Niels Arestrup, Lorànt Deutsch, Patrick Chesnais…
- Durée : 1h42
- Site officiel : www.image.net
- Sortie : 24 août

Photos : DR

Publié le : mercredi 24 août 2011, par Angela Murgulescu

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite