publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Un dépôt de bus détruit par les flammes
Partager : 
Imprimer

Incendie Perrache

Un dépôt de bus détruit par les flammes

29 bus totalement détruits, 4 autres endommagés, la moitié d’un bâtiment de 5000 m2 dévastée, c’est le triste bilan de l’incendie, probablement d’origine criminelle, qui s’est déclaré ce matin au dépôt de bus de Perrache (cours Suchet, derrière la gare). Heureusement aucune victime n’est à déplorer.

Il était 2h30 quand le premier bus a pris feu. Garés les uns contre les autres, l’incendie s’est vite propagé. Quand à 3h les pompiers arrivent sur les lieux, six bus sont déjà en flammes. « Vers 5h30, nous avons maîtrisé la situation, vers 6h30 le feu était complètement éteint », explique le colonel Lionel Chabert, commandant des opérations de secours. "Les flammes montaient jusqu’à 10m. Elles ont atteint la charpente", se souvient-il. 60 pompiers et 14 camions étaient mobilisés. 20 policiers étaient également sur place pour délimiter un périmètre de sécurité.

Les 26 habitants de l’immeuble mitoyen (à l’angle du cours Suchet et du quai Rambaud) ont été évacués par les pompiers et temporairement mis à l’abri au Groupement du Rhône de la gendarmerie, tout proche, ou les gendarmes leur ont servi du café. Un appartement a été touché par les flammes. Ses occupants ont été relogés par la mairie dans un hôtel. Les autres ont pu regagner leur domicile dans la matinée.

L’origine, de toute vraisemblance criminelle, n’a pour l’heure pas pu être établie avec certitude. Il faut quelques jours à la police scientifique, sur les lieux depuis 10h, pour analyser les éléments recueillis ce matin. Il paraît néanmoins sûr qu’un individu a mis le feu à l’aide d’un objet incendiaire (cocktail molotov, torchon imbibé d’essence...). Le bus incendié se trouvant au milieu du dépôt, le feu s’est ensuite propagé autour. Des témoins auraient vu un homme cagoulé sortir en courant.

Il faut savoir que le dépôt était une véritable poudrière. Les pleins de gasoil étant faits le soir en fin de service, chaque bus était chargé de 300l d’essence, voire 600l pour les articulés. « Les réservoirs ont pété et le carburant s’est écoulé dans la canalisation », pointe le colonel Chabert. « Nous avons aussitôt alerté le service des égouts ». Ce service peut alors stopper la pollution en fermant des vannes et pomper le gazoil qui flotte sur l’eau.

A partir de 4h, les premiers salariés TCL arrivent pour prendre leur service. Aidé par des collègues du tram, ils ont sorti tous les bus du hangar, qui n’étaient pas encore atteints par le feu. Ainsi, la moitié de la soixantaine de véhicules a pu être sauvés. Une deuxième remise abritant 25 autres bus, n’a pas été touché par le feu. Avec le renfort de bus venus des autres dépôts, le service a finalement pu démarrer vers 6h30.

« Il faut deux jours pour évacuer toutes les carcasses brûlées », estime Olivier Contesso, le responsable de la maintenance, arrivé sur les lieux dès 4h30. « Après, j’espère que le travail reprendra vite normalement ». Ce n’est pas si sûr. La charpente ayant été fortement endommagée, le risque de chutes de tuiles est important.

Les grévistes étaient vite pointé du doigt. Plusieurs d’entre eux se sont rendus sur les lieux. Selon eux, l’incendie ne peut pas être le fait d’un agent TCL. « On a envie de pleurer », confie Nicole, une conductrice affectée au dépôt de Perrache. « C’était notre outil de travail. Maintenant, on ne sait pas où on va aller ». Pour elle, il est exclu que le feu puisse être le fait d’un conducteur. « C’est une hypothèse à écarter. On se sentait bien dans ce dépôt. Quelqu’un qui aime son outil de travail ne peut pas le détruire. »

L’indignation générale ne s’est pas fait attendre, jusqu’à Dominique Bussereau, ministre des transports, qui dénonce un « évènement d’une extrême gravité [qui] pénalise durablement l’exploitation du réseau de transport urbain de l’agglomération lyonnaise ». Même son de cloche chez Kéolis. Bernard Rivalta, président du Sytral, « salue l’efficacité du Service Départemental d’Incendie et de Secours et [...] remercie les 27 conducteurs de ce dépôt qui ont assuré malgré tout normalement leur service ». Il estime à « 12 millions d’euros », le coût des bus partis en fumée. Gérard Collomb, qui affichait pour l’instant un ostensible désintérêt pour la grève des TCL, a saisi l’occasion pour appeler « solennellement à une reprise du dialogue dans la matinée, afin d’aboutir à un accord et à une reprise du travail dès aujourd’hui ».

Photos : lyon-info.fr

Publié le : mercredi 30 septembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (12 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



1 commentaire pour cet article


  • Un dépôt de bus détruit par les flammes 2 octobre 2009 à09:25, par bebert69600

    bjr, c’est desolant de voir cela en 2009, mais que voulez vous les gens sont ecxasperées de voir ces greves a repetitions et qu’il soit pris en otage sans arret pour que les chauffeurs des tcl obtiennent gain de cause on se sert de nous, mais par contre nous on risque notre place chez nos
    employeurs car ils veulent rien savoir si se n’est qu’ils attendent que l’on fasse une erreur pour etre mis dehors
    avec nos contrat cdd ou cdi, alors voilà que l’etat prenne
    ses responsabilitées et que cela cesse, et que s’arrete ses
    greves a repetition, car les gens maintenant deviennent
    violent meme pour une simple greve de tcl, heureusement pas de victime
    bernard.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Plus confortables

Ligne B : de nouvelles rames automatiques en 2020

Plus rapides, plus spacieuses, plus confortables. Les nouvelles rames, dont le premier exemplaire a été présenté ce (...)
La suite
Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite