publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Politique > Une conférence sur l’apartheid en Israël censurée
Partager : 
Imprimer

L’IEP fermée prématurément

Une conférence sur l’apartheid en Israël censurée

Une centaine de personnes se sont rendues vendredi à 18h à l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Lyon pour assister à une conférence intitulée Israël : un état d’apartheid ?. Ils ont trouvé porte close. Le directeur de l’IEP avait décidé d’évacuer son établissement à 16h30, évoquant des « menaces sérieuses ». Les organisateurs crient à la censure, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé.

« Il est absolument incroyable que l’on ne puisse tenir cette conférence dans les locaux de l’Institut d’études politiques ! », s’insurge le collectif Palestine 69], à l’origine de la manifestation. L’universitaire sud-africain Mbuyiseni Quentin Ndlozi et Wasseem Ghantous, un Palestinien de Haïfa avaient été invités afin de débattre des parallèles entre l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1960-1990 et la situation en Palestine aujourd’hui.

La conférence devait également évoquer la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions à l’égard d’Israël, lancée à l’appel de la société civile palestinienne en 2005 et portée par un ensemble d’ONG. Une campagne illégale aux yeux du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Mais pas pour la justice française qui a estimé dans un récent jugement que, « dès lors que l’appel au boycottage des produits israéliens est formulé par un citoyen pour des motifs politiques et qu’il s’inscrit dans le cadre d’un débat politique relatif au conflit israélo-palestinien, (...) l’infraction de provocation à la discrimination fondée sur l’appartenance à une nation n’est pas constituée. »

Or l’incident lyonnais est loin d’être un cas isolé. Un colloque sur le même thème, d’abord autorisé et même financé par l’université Paris VIII, a dû être déplacé à Saint-Denis (93), le président de l’université ayant fermé son établissement. Les trois intervenants dénoncent dans une tribune publié par le Monde des pressions du Crif et Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA).

Le 18 janvier, l’ENS Paris avait annulé un débat sur le Proche-Orient, auquel devaient participer Stéphane Hessel, la députée socialiste Elisabeth Guigou, Leïla Shahid, représentante de la Palestine à Bruxelles, ainsi que les pacifistes israéliens Michel Warschawski et Nurit Peled. Sur le site Internet du Crif, son président Richard Prasquier avait alors dénoncé « un crime contre l’esprit », commis par « quelques élèves de l’école convertis au terrorisme intellectuel ». Il s’est félicité de l’annulation de la conférence et a salué le rôle joué par Valérie Pécresse « ainsi que le rectorat de l’Université de Paris que nous avons contactés en urgence (et qui) ont réagi sans ambiguïté », selon le site du Monde.

A Lyon, le directeur de l’IEP Gilles Pollet a fait valoir des « risques avérés d’atteinte à l’ordre public » dans un message publié par le site Rebellyon. Un argument réfuté par les organisateurs. La conférence a finalement été déplacée dans la cour de l’Université Lyon II (photo), est « s’est déroulé tout à fait normalement », assure un membre du collectif Palestine 69.

Photo : DR

Publié le : lundi 5 mars 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Une conférence sur l’apartheid en Israël censurée 5 mars 2012 à22:21, par Dominique

    Précisons que la conférence est à l’initiative de plusieurs organisations : Génération Palestine Lyon, le Collectif 69 Palestine, le CCRASS (Collectif Critique de Réflexion et d’Actions Sociales et Solidaires) et l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Parole de militant

De tous les combats, de Chevènement à Mélenchon

Fort d'un engagement riche en rebondissements, James Georges milite aujourd'hui pour la France insoumise et (...)
La suite
Parole de militant

Une enfant des Minguettes marche pour Macron

Cette Vénissianne de 43 ans a été choisie comme suppléante par le député sortant Yves Blein, alors qu'elle ne fait (...)
La suite
Parole de militant

« Ceux qui parlent trop ne font rien »

Adjoint à la mairie de Vénissieux, Abdelhak Fadly ne ménage pas ses forces dans cette campagne législative. Retour sur (...)
La suite
Après 37 ans de carrière politique

L'ancien sénateur communiste Guy Fischer est décédé

Infatigable défenseur des démunis, l'ancien sénateur communiste Guy Fischer s'est éteint samedi 1er novembre (...)
La suite
A partir du 1er janvier 2015

Qui est le Nouveau Rhône ?

Nous sommes le 1er janvier 2015. Si vous habitez Tarare, Villefranche ou Belleville, vous vous réveillez dans un (...)
La suite
La liste identitaire invalidée

Vénissieux : les municipales annulées

Dans un jugement communiqué ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a décidé l'annulation des élections (...)
La suite
Rhône

Sénatoriales : l'UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L'UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d'Oullins (...)
La suite