publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Confluence 2 : la fin des fantaisies
Partager : 
Imprimer

La deuxième phase s’annonce insipide

Confluence 2 : la fin des fantaisies

« Il y a eu assez de fantaisies », a décrété Christine Binswanger, l’urbaniste en charge d’aménager la deuxième phase de la Confluence. Elle a présenté jeudi à la presse les premiers immeubles qui peupleront l’emprise de l’ancien marché-gare. Le résultat est décevant. Exit l’audace et les couleurs, bonjour monotonie et grisaille.

La Confluence, vous connaissez ? Ce sont le cube orange et le (futur) pavé vert signés Jakob + MacFarlane, les immeubles qui bordent la darse et leurs peaux métalliques bleue, verte, dorée, argentée, la réhabilitation réussie de la Sucrière et du bâtiment des douanes, le centre commercial quatre étoiles tout en ouvertures et coiffé d’un chapeau aérien et coloré. Un « laboratoire d’architecture contemporaine », selon l’avis même de son aménageur, la SPL Confluence. Un laboratoire ou se côtoient les grands de ce monde d’architecture : Winy Maas, Rudy Ricciotti, Jean-Paul Viguier et plein d’autres.

Confié au cabinet parisien Ruelle, l’aménagement audacieux de la Confluence 1, entre le cours Charlemagne et les rives de Saône, a permis de sortir de l’anonymat cet ancien quartier industriel de « derrière les voûtes », comme on disait à Lyon, à coups de gros titre de la presse nationale et internationale, spécialisée ou non. Au point d’évincer l’inévitable photo de Fourvière des articles traitant de la capitale des Gones.

Mais voilà, la phase 1 touche à sa fin (80% sont réalisés) et avec elle l’audace du maire. La Confluence 2, située de l’autre côté du cours Charlemagne, jusqu’à l’autoroute s’annonce comme le petit frère médiocre d’un enfant surdoué : morne et quelconque. Conçu par les Bâlois de l’agence Herzog & de Meuron, le nouveau quartier conjugue le blanc avec le gris et le béton avec... le béton. Les formes sont insignifiantes, les projets sans originalité ni intérêt (voir diaporama ci-dessous). En langage d’urbaniste, cela s’appelle « des volumétries simples avec des façades majoritairement minérales dans des teintes claires », mais ce n’est pas mieux.

Pire, dans une ville où le R+5 (rez de chaussée plus cinq étages) est la règle, le projet suisse signe le retour des (petites) tours. Non, pas un phare comme le Crayon à la Part-Dieu ou la Tour de la Duchère mais des bidules de 16 étages, tout juste en dessous des 50 mètres de hauteur pour ne pas être frappés par la règlementation, plus contraignante, des immeubles de grande hauteur (IGH). Pour désigner ce genre de chose, il parait que le terme « immeuble de belle hauteur » s’impose. En tout cas, il a été ressassé à l’envie lors de la présentation à la presse. Ces immeubles « de belle hauteur » mais pas d’apparence sont nécessaires, semble-t-il, pour pouvoir densifier le quartier et caser 420 000 m² de bâti sur les 35 hectares du projet. Pour comparaison, la première phase en compte presque autant (400 000 m²) mais sur un terrain plus vaste : 41 hectares.

Début du carnage

Ce jeudi 16 janvier a donc eu lieu le lancement du lot A3, comprenez le terrain entre la fin du quartier Sainte-Blandine et la future esplanade François Mitterrand, esplanade dont l’inauguration est d’ailleurs prévue en juin. Huit immeubles, en plus de la Halle aux fleurs - conservée - de l’ancien marché-gare, amassés sur un lopin de terre d’à peine 7700 m².

On y trouve un immeuble de bureaux dont le concepteur, le Suisse Christian Kerez, explique sans rire qu’il s’inspire des façades lyonnaises parce que ses colonnes sont plus épaisses en bas qu’en haut. Puis un autre, confié aux Lyonnais d’AFAA qui, pour un immeuble tertiaire, a au moins un peu d’allure avec sa coiffe futuriste. Les bâtiments d’habitation ne sont pas mieux. Les deux projets réalisés par Tatiana Bilbao, qui comme son nom n’indique pas, nous vient du Mexique, n’auraient pas dépareillé à Gerland. Le fameux immeuble « de belle hauteur », auquel l’îlot A3 n’échappe pas, conçu, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, par Herzog & de Meuron, est une sorte d’ovni de 16 étages donc, d’une emprise plutôt carrée mais avec des excroissances arrondis comme on n’en fait plus depuis les années 70.

Seul bonne surprise dans cet océan de béton stérile, une petite bâtisse de deux étages, soit la même hauteur que la Halle aux fleurs (qui sera d’ailleurs transformée en gymnase), abritant une crèche et six appartements en duplex. Conçue en escaliers par l’Allemand Manuel Herz, elle rappelle une Halle Tony Garnier miniature, ce qui n’est pas un hasard, son concepteur se disant inspiré par le célèbre architecte lyonnais.

Les travaux doivent commencer au printemps 2015 pour une livraison en 2017 ou 2018, échéance qu’on espère la plus lointaine possible.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : vendredi 17 janvier 2014, par Tony Truand

Réagir : 

Galerie photos (8 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



1 commentaire pour cet article


  • Confluence 2 : la fin des fantaisies 17 janvier 2014 à19:49, par AB

    Vous êtes quand même assez dur sachant qu’ils n’ont annoncé qu’une partie des immeubles qui vont être construit l’ilot A3. (il me semble ?).

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite