publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Entartage de Raffarin : « on leur a fait une farce, eux aussi (...)
Partager : 
Imprimer

La prochaine cible est Jean-Michel Aulas

Entartage de Raffarin : « on leur a fait une farce, eux aussi »

Convoqué devant le tribunal correctionnel pour avoir entarté Jean-Pierre Raffarin, Romain défend la thèse de la blague potache. Une soirée de soutien a été organisée samedi à la Coopérative du Zèbre (Lyon 1er).

Le 24 février dernier, cet étudiant en master d’anthropologie, qui ne se définit pas comme « un militant », avait entarté l’ancien premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin devant le Decitre de Bellecour. Il comparaitra le 30 mai prochain devant le tribunal correctionnel pour violences avec armes en espèce. Une qualification des faits qui le laisse pantois. « On s’est cru dans une BD. Nous leur avons fait une farce, eux aussi », commente Romain.

Créé en 2008 par des étudiants en histoire de l’art, son collectif Al Qaitarte compte une vingtaine de membres. Ses faits d’armes : l’entartage de l’artiste Ben, mais aussi de Dominique Perben, « pour son idéologie individualiste donc capitaliste », explique un autre membre du collectif qui se fait appeler Mister Nobody. Jean-Jack Queyranne et Gérard Collomb ont également été garnis à la chantilly.

Vidéo-projection d’entartages d’Al Qaitarte et du Belge Noël Godin, affiches subversives aux murs, la soirée devrait servir à payer les frais de justice. « Nous souhaitons montrer que la communication est une arme », explique Romain. « Grâce à elle, nous avons des discussions de fond avec les gens après les entartages. C’est de la politique comme je l’aime ».

En finir « avec le système de dominants/dominés »

Sur leur site, le collectif dit en effet vouloir en finir « avec le système de dominants/dominés ». « Nous sommes de gauche, avec plusieurs mouvances, de l’anarchisme au socialisme », explique Romain.

Malgré ses déboires juridiques, le collectif s’est déjà choisi une nouvelle cible : Jean-Michel Aulas. « C’est lui le véritable maire de Lyon, avec tout l’argent qu’il brasse alors qu’un tas de personnes crèvent la faim », explique Mister Nobody.

Au tribunal, Romain devrait être soutenu par plusieurs participants à la soirée. « C’est lamentable la réaction des instances publiques », commente l’un des convives. Également présent, Gaston Brunay, 70 ans, n’a, lui, qu’un regret : « A mon âge, je n’ai plus assez de jambes pour courir ».

Photo : © Bruno Poncet

Publié le : dimanche 13 mai 2012, par Bruno Poncet

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite
Projet Vénus

150 photos contre le cancer du sein

Sensibiliser les femmes, notamment dans les zones urbaines sensibles, au dépistage du cancer du sein, voilà (...)
La suite