publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Émeutes : plainte contre l’état
Partager : 
Imprimer

Bellecour, « prison à ciel ouvert »

Émeutes : plainte contre l’état

« La démocratie ne fonctionne pas sans la justice sociale », clament les membres du Collectif du 21 octobre. Ce collectif, qui regroupe une quarantaine d’associations, syndicats et partis politiques, tient son nom du jour où, au plus fort des émeutes qui avaient ébranlé le centre-ville lyonnais, les forces de l’ordre avaient encerclé, plusieurs heures durant, 621 personnes sur la place Bellecour, avant de les exfiltrer, contrôler et photographier un par un. Au siège départemental de la Ligue des droits de l’homme (LDH), le collectif a réaffirmé sa volonté de « mettre en lumière les abus de la police ». Étape importante, une saisine du procureur de la République est en cours.

Le comité entend dénoncer de nombreuses violations de la loi lors de cette journée du 21 octobre. « Les responsables légaux des mineurs n’étaient pas prévenus de la rétention de ces derniers », énumère Stéphane Gomez, président départemental de la LDH. « Le contrôle photographique dans le cadre du contrôle identitaire constitue un fichier identitaire et ne peut être produit que par arrêté ministériel, ensuite, les moyens mis en œuvre par la police étaient disproportionnés et, le droit d’aller et venir a été bafoué. » Soutenus par le syndicat des avocats de France et le syndicat de la magistrature, les membres du collectif du 21 octobre se disent prêts à aller au bout. « On espère que le préfet ou le responsable de la sécurité s’expliquera un jour devant la justice. Nous irons devant la cour européenne des droits de l’homme s’il le faut », glisse Jean–Luc Cipière, membre d’Attac.

Première étape, les membres du collectif encouragent les personnes retenues à Bellecour à porter plainte. Pour aider financièrement, une soirée de soutien avait été organisée à Vaulx-en-velin, qui a permis de récolter un peu moins de 800 euros. « Cette procédure coûte au minimum 400 euros par plainte », explique Stéphane Gomez, président fédéral de la LDH. Différentes associations, comme SOS Racisme ou la Ligue des droits de l’homme, ont annoncé leur volonté de se porter partie civile. « Elles apporteront ainsi une caution morale », souligne Stéphane Gomez.

Autre procédure engagée par le collectif, une lettre signée par l’ensemble de ses membres a été remis au procureur pour lui demander l’arrêt des poursuites. « Plus le poids médiatique et social de notre action sera important, plus nous pourrons espérer », note Jean-Michel Drevon membre du syndicat FSU. La prochaine réunion du comité, qui dit avoir reçu une cinquantaine de témoignages, aura lieu le 7 janvier prochain pour faire le point sur les dépôts de plainte.

Photo : © Michael Augustin (archives)

Publié le : vendredi 31 décembre 2010, par Bruno Poncet

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite