publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Fête des lumières : « de l’insolite, de la poésie et de l’émotion (...)
Partager : 
Imprimer

Du 5 au 8 décembre

Fête des lumières : « de l’insolite, de la poésie et de l’émotion ».

Boule à facettes en haut de Fourvière, champ de lavande dans l’amphithéâtre des trois-gaules, un défile de géants de lumière dans les rues de Lyon ou encore les rêves de Saint-Exupéry projetés à Bellecour, la Fête des lumières réserve encore son lot de surprises. Et même pour la première fois une reprise.

« Nous avons travaillé autour de toutes les possibilités de la lumière », annonce Jean-François Zurawik, directeur des événements à la Ville de Lyon et coordinateur général de la Fête des lumières, qui promet « de l’insolite, de l’inédit, de la poésie et de l’émotion ». Il y aura des projections, bien sûr, mais également du feu, des acrobaties, des installations, sur 75 sites répartis dans toute la ville... Florilège.

Les Beaux-arts dansent aux Terreaux

Après avoir fait ses armes l’année dernière sur le mur des Lyonnais, Gilbert Coudène, co-fondateur du créateur de fresques murales CitéCréation, s’attaque cette fois-ci à la pièce maitresse de la fête : la place des Terreaux. Sous son impulsion, les œuvres du Musée des Beaux-arts sortiront du palais Saint-Pierre pour danser sur les façades de la place aux sons du hip-hop, breakdance, tango... interprétés par les musiciens de l’Auditorium et de l’Opéra.

Bellecour fait rêver Saint-Exupéry

Damien Fontaine qui a enchanté en 2013 les Terreaux avec son Prince des lumières, s’attaque cette fois-ci à l’autre place emblématique de Lyon. Une place sur laquelle nombre de créateurs se sont déjà cassé les dents, tellement elle « n’est pas simple », en raison de sa taille et de l’éloignement des façades, comme le reconnait Jean-François Zurawik.

Le spectacle imaginé par Damien Fontaine, qui occupera les deux tiers de la place mêlant images, lumières et acrobaties aériennes, donne vie aux rêves d’Antoine de Saint-Exupéry à l’occasion des 70 ans de la disparition de l’aviateur. Un spectacle de 17 minutes rejoué toutes les demi-heures.

Festival de... lampes

Le thème des lampes se trouve de multiples déclinaisons. La place des Jacobins se voit ainsi transformée en chambre d’enfant avec une lampe de chevet de 8 m de haut posée sur la fontaine qui projettera ses images sur les façades alentour. Le tout aux sons d’une boite à musique.

Place de la bourse c’est la lampe d’Aladdin qui déversera sa lumière, tandis que des lampes de poche géantes éclaireront la place Maréchal Lyautey.

Défilé géant

Depuis quatre éditions, un défilé lumineux dans les rues de la ville constitue l’un des évènements phares de la fête. Après deux projets participatifs, les organisateurs reviennent au clé en main. L’édition 2014 verra ainsi déambuler des Dundo, des géants blancs nés à l’occasion de la Coupe du monde 2006 en Allemagne.

Des spectacles aux quatre coins

L’hôtel de région, qui avait créé la surprise en 2013 avec un spectacle psychédélique aux sons de la techno, revient à un concept plus classique. Fidèle au chœur de l’Hostel-Dieu, la programmation comprend le Kyrie de la messe en ut majeur de Mozart interprété dans un décor aquatique. La mise en lumière est l’œuvre des Orpailleurs de lumière qui avaient enchanté en 2013 les rives de Saône avec un spectacle haut en couleurs.

Ceux qui s’y rendent en traversant les voûtes sous Perrache seront embarqués dans un voyage cinématographique initialement créé par le Studio Théoriz pour la première édition du Dubaï light festival. Des séquences cinématographiques rendront hommage aux frères Lumière et au western avant d’aborder le cinéma actuel et imaginer celui du futur.

La basilique de Fourvière se verra cette année coiffée d’une boule à facettes de 7,5 m de diamètre qui fera jaillir 18 faisceaux lumineux dans la nuit, tandis qu’en bas, Yves Moreaux fera défiler des tableaux en couleur et noir et blanc sur la façade de la cathédrale Saint-Jean.

En face, au pied de la passerelle de justice, un jeu de la mailloche, connu des fêtes foraines, permettra aux Lyonnais de mesurer leurs forces afin de créer un courant lumineux sur la passerelle jusqu’au palais de justice. Le but étant d’éclairer l’ensemble de ses 24 colonnes.

Plus intimiste, l’artiste espagnole Lola Solanilla crée un champs de lavande lumineux à base de papier trituré dans l’amphithéâtre des trois-gaules, tandis que le parc de la Tête d’or verra pousser de grandes sphères florales, survolées par des libellules lumineuses.

Enfin, dans un tout autre registre, la compagnie la Salamandre met le feu sur la place de la MJC Ménival avec un grand jeu de flammes et de lumière.

Des revenants

Cela relève presque du sacrilège dans un évènement qui renouvelle cette année la moitié de ses artistes. Le Fête des lumières recycle un spectacle ! C’est ainsi qu’on assistera au retour des Anooki, ces joyeux inuits qui avec leurs facéties ont enchanté le public en 2012 sur la gare Saint-Paul. Ils investiront cette année l’Opéra avec un spectacle revisité qui les verra nager, plonger, batifoler sous la neige jusqu’à tenter de faire danser les spectateurs.

Info : du 5 au 8 décembre, www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr

Publié le : vendredi 7 novembre 2014, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite