publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Formation des profs : Les élèves payent le prix de la réforme
Partager : 
Imprimer

Absence d’encadrement, surmenage...

Formation des profs : Les élèves payent le prix de la réforme

5 mois après la rentrée, la réforme de la formation des professeurs montre l’ampleur de ses failles. Elle a jeté dans la fosse scolaire de jeunes diplômés sitôt sortis de l’université. Supprimant la formation en alternance de l’IUFM, elle oblige ces stagiaires à apprendre sur le terrain, sans formation préalable. Quitte à se ruiner la santé. Un encadrement est prévu, mais ses conditions d’application laissent à désirer.

« Je ne dis pas que ça a été facile pour les stagiaires de débuter directement à plein temps. Mais nous n’avons pas eu de retours négatifs », affirme Denise Courbon, en charge de la formation des enseignants au rectorat de Lyon. « Nous avons même enregistré moins de démissions que les années précédentes. » Pour elle, la nouvelle organisation a donc fait ses preuves.

Jusqu’à l’année dernière, les futurs enseignants sortaient avec une licence de l’université, avant d’intégrer l’IUFM où ils alternaient pendant deux ans cours théoriques et enseignement à mi-temps. Depuis la rentrée dernière, le niveau master est exigé pour enseigner. En revanche, exit la formation en alternance. Les jeunes professeurs se retrouvent directement à temps plein devant une classe, avec comme seul bagage une formation initiale de 3 jours. Un enseignant expérimenté doit leur servir de tuteur durant les premiers mois. Une deuxième formation, plus poussée, de 4 semaines suit de mi-février à mi-mars.

Chez les syndicats, on ne partage pas du tout l’optimisme du rectorat. En l’absence de chiffres officiels, le Syndicat national des enseignements du second degré (SNES) de Lyon a réalisé en janvier son propre sondage pour tirer un premier bilan de la réforme. Un stagiaire sur cinq dans l’académie y a répondu. Les conclusions sont loin d’être idylliques. Pour 37% des stagiaires interrogés, le tuteur, censé les encadrer et guider, travaille dans un autre établissement. Sans encadrement adéquat, les jeunes professeurs atteignent vite leurs limites. 26% ont déjà été en arrêt maladie depuis le mois de septembre pour cause de surmenage, tandis que 33% s’estimaient toujours en état de surmenage en janvier.

Aurélie*, stagiaire en philosophie, témoigne lors de l’enquête du SNES : « j’ai l’impression d’avoir, à jamais, raté la possibilité d’avoir une vraie formation. Plus qu’à moi et à mon état d’âme, je pense aux élèves. Ce sont eux qui payent le prix de cette réforme. »

*Prénom d’emprunt

Lire aussi :

- « Le rectorat nie totalement nos difficultés »
- Philippe Meirieu : « Les stagiaires hésitent entre dépression et répression »
- Les enseignants unis contre les suppressions de postes

Photo : © Eve Renaudin

Publié le : mardi 22 février 2011, par Eve Renaudin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite