publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Internat Favre : Les salariés veulent « une réponse claire »
Partager : 
Imprimer

L’internat toujours menacé de fermeture

Internat Favre : Les salariés veulent « une réponse claire »

Les 46 agents de l’internat Favre ont fait grève mercredi pour dénoncer « l’insupportable attente » quant à l’avenir de l’établissement croix-roussien menacé de fermeture. Ils sont descendus la colline pour manifester devant l’Hôtel de ville accompagnés de quelques familles d’élèves. Les syndicats ont été reçus par les services de la mairie. Qui leur ont demandé de patienter encore quinze jours.

A l’issue de la réunion entre syndicats et services de la ville, les 46 agents de l’internat Adolphe-Favre n’en savaient pas plus sur l’avenir de leur établissement. « Nous voulons être reçus par des politiques et non par des administratifs », pestait Bertrand Chabrol, l’un des salariés en sortant de la réunion. « Nous avons réclamé un entretien avec Gérard Collomb le mardi 15 février. S’il ne nous reçoit pas, il y aura une nouvelle grève mercredi. »

Le 5 janvier dernier, le Progrès avait révélé l’intention de la Ville de fermer cet internat municipal, qui accueille 75 élèves issus de 51 familles. Des enfants en décrochage scolaire, ou manifestant des problèmes comportementaux importants, souvent issus de familles en difficulté sociale. Les enfants suivent une scolarité normale dans des écoles publiques de la Croix-Rousse, loin de leurs quartiers d’origine. L’internat est en difficulté financière en raison du désengagement progressif de l’État. Celui-ci a annoncé une enveloppe de 150 000 euros pour 2011, contre 400 000 en 2009. La ville de Lyon assure la majeure partie du financement en versant 1,2 millions d’euros annuels, tandis que le Conseil Général met 40 000 au pot.

« Que Gérard Collomb nous donne une réponse claire ! »

Une trentaine des 46 salariés sont partis mercredi à 11h30 de la Croix-Rousse pour rejoindre l’Hôtel de Ville. Dans des tracts, ils dénoncent « l’insupportable attente » pour l’avenir d’un « symbole de l’humanisme lyonnais ». « Collomb nous avait promis qu’en fermant l’internat de Serverin à Parmilieu, en 2003, il assurait la pérennité de Favre », fulmine Katia Philippe, éducatrice à l’internat et ancienne conseillère régionale PCF. « Il s’agit du dernier internat municipal de France. Il est là depuis cent ans et nous voulons que Gérard Collomb nous donne une réponse claire. » Maintenir ce lieu ouvert est « une question d’éthique pour une mairie socialiste », selon elle.

Une brèche dans laquelle le parti d’opposition n’a pas tardé à s’engouffrer. Aussitôt après la publication de l’article du 5 janvier, le député UMP, Michel Havard pointait un maire qui « affaiblit encore l’humanisme lyonnais » après la remise de « l’Hôtel Dieu au privé ». Les Verts, quant à eux, s’en prennent au gouvernement dénonçant « une politique substituant la logique financière aux solidarités, organisant la casse du système éducatif. »

Le jour même le quotidien 20 Minutes avait rapporté que les négociations menées entre la Ville, l’État et le Conseil général se poursuivaient et « qu’une issue favorable pourrait se dégager rapidement ».

Photos : DR

Publié le : mercredi 9 février 2011, par Nicolas Borg

Réagir : 

 


2 commentaires pour cet article


  • J’ai été très surprise lors d’un jour de marché un dimanche,car j’ai entendu un monsieur crier "non a la fermeture de l’internat favre ".
    Cela m’as interpellée et j’ai signer la pétition ce qui m’as le plus surprise, c’est que j’habite juste en face au 83 rue chazière et que a aucun moment on ne nous en a parler .
    A nous un immeuble de plus de 50 logements , personnes ne nous a rien dits. Encore cela n’ai rien ? je pense a ses familles qui ont du mal a s’occupées de leurs enfants. Lyon a besoin de structure comme l’internat favre.
    Tous le monde ne peut pas subvenir au besoins de nos enfants, il faut qu’il aient eux aussi la chances dans la vies, un lieu stable et rassurant meme si on est toujours mieux auprès des siens des fois il n’y a pas d’autres choix ou de solutions.
    Voilà je suis déçu car cela ce fait toujours en douce, personne ne dit rien .
    A part ce retrouver devant le faite accompli.J’ai quand même une question que va devenir l’internat favre si il est fermer ???

  • Je sais que j’arrive après la bataille, mais étant un ancien de favre, ca me blase un peu...
    Surtout que c’est des bons souvenirs.
    Et puis je pense qu’on a besoins d’établissement comme ca, mais c’est vrai qu’aujourd’hui l’éducation l’état s’en fou !!!

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite