publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > "J’investirai 100 000 euros aux Terreaux"
Partager : 
Imprimer

CNP

"J’investirai 100 000 euros aux Terreaux"

Venus faire passer des entretiens de licenciement à sept des huit contrôleurs, agents d’entretien et assistants de direction concernés par un dégraissage d’effectifs, Galeshka Moravioff, PDG des CNP, et son avocat ont été accueillis par des huées. Une trentaine de salariés en grève, soutiens ou simples cinéphiles s’étaient rassemblés au CNP Terreaux pour manifester leur mécontentement.

Pendant tout l’après-midi, les sept salariés ont défilé dans un bureau à l’étage du cinéma de la rue Edouard Herriot. En revanche, les cinq employés affectés à l’Odéon, fermé cet été en catimini par son propriétaire, n’étaient pas concernés par le plan de licenciement. Privés de leur outil de travail depuis un mois et demi, ils doivent être repartis sur les deux sites restants, Bellecour et Terreaux. Déjà en 1998, lorsque Moravioff rachète les trois cinémas à leur fondateur Roger Planchon, il annonce un plan social, jamais mis en oeuvre. « Je n’ai pas voulu casser un fonctionnement quasi familial », se défend le PDG. Alors, incompétence manageriale ou bienveillance exagérée à l’égard du personnel ?

En attendant, les craintes grandissent, quant à l’avenir des cinémas Bellecour et Terreaux, privé de leur vaisseau amiral de la rue Grolée, dont la programmation plus grand public, permettait de compenser les choix plus exigeants des deux autres cinémas. Au cours d’un entretien avec la presse, à l’issue de ceux avec les licenciés, Galeshka Moravioff s’est voulu rassurant : « Je me battrai pour que ces salles perdurent », a-t-il déclaré. Tout en reconnaissant que son projet de développement lyonnais a pris l’eau : « J’ai voulu acheter les 8 Nefs pour créer un seul lieu moderne dédié au cinéma indépendant avec plusieurs salles. J’avais 55% du financement en fonds propre, mais les banques n’ont pas suivi ». Et c’est Pathé qui a racheté le cinéma.

Face aux critiques d’avoir laissé péricliter ses salles lyonnaises faute de travaux, le PDG concède que « ça a été fait un peu à moitié », tout en insistant sur la rénovation réalisée à Bellecour. Pour le site des Terreaux, il promet d’investir 100 000 euros, pour refaire la climatisation et éventuellement changer le matériel de projection. S’en sortira-t-il sans subventions des collectivités locales (pour 2009, les CNP ont reçu tout de même 53 615 euros de la part du Centre national du cinéma) ? « Je souhaite que les collectivités se mobilisent », déclare Moravioff. Et de s’exclamer : « J’ai besoin de vos aides ». D’autant plus que, selon lui, sa part de marché à Lyon est passée en dix ans de 17 à 5%. Confiant de pouvoir rectifier le tir avec une programmation différente, il annonce qu’un bilan sera tiré en juin prochain.

Photos : lyon-info.fr

Publié le : mardi 29 septembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (8 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bouquinistes

Comment vendre ses livres d'occasion à Lyon ?

Aussi amoureux qu'on puisse être de livres, soyez honnêtes, combien de livres de votre bibliothèque avez-vous relu (...)
La suite
Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite