publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Politique > La caravane des primaires a fait étape à Lyon
Partager : 
Imprimer

Les socialistes font leur tour de France

La caravane des primaires a fait étape à Lyon

La caravane des primaires citoyennes sillonne la France depuis le 14 juillet. Le but de ce tour de France : expliquer le déroulement des primaires et inciter les citoyens à aller voter le 9 et 16 octobre prochains pour désigner le candidat socialiste. Ce vendredi 22 juillet, dès 14h30, la caravane faisait étape à Lyon, sur le parvis de la Part-Dieu.

De la musique branchée, une caravane bardée de visages et du slogan C’est moi qui décide, des tables et chaises colorées et des cadeaux à gogo, voici les ingrédients pour promouvoir le principe des primaires. Quatre jeunes socialistes battent le pavé dans 38 villes, pendant 43 jours, pour informer les passants sur ces primaires ouvertes et les inciter à se rendre au bureau de vote. Pour voter, c’est simple : se munir d’une pièce d’identité, de sa carte électorale et d’un euro.

Un nouveau concept

« Le but, c’est d’aller dans des lieux touristiques pour rencontrer un maximum de monde », explique Jules Joassard, secrétaire fédéral à la communication du Parti socialiste. Les vacances d’été n’ont pas découragé les militants du MJS. « Les gens ont la tête ailleurs, c’est justement le moment de s’emparer du moment démocratique » et de faire la promotion de ces primaires ouvertes à tous, insiste Karima Mendes, militante PS et ségoléniste invétérée.

A chaque ville-étape, c’est le même rituel, les animateurs de la caravane entourés de militants de la région distribuent des tracts, offrent goodies, bracelets et frisbees, répondent aux questions et surtout récupèrent des contacts. Même dans les villes classées à droite comme à Annecy, bastion de l’UMP. « On a récupéré énormément de contacts à Annecy. Les gens ont été attirés par la musique et les couleurs », témoigne Juliette Perchepied, l’une des animatrices de la caravane.

Le Parti socialiste attend un voire deux millions de votants. Les militants ne s’inquiètent alors pas des menaces des Jeunes populaires, l’organisation jeunes de l’UMP, de venir perturber les primaires en votant pour des petits candidats. « Au contraire ça nous arrange ! Les partis qui se prennent les doigts dans le pot de confiture sont ridicules. Je n’ai aucune crainte sur ce plan là. Les militants de gauche feront la balance », assure Jules Joassard. Sa seule peur concerne « l’organisation titanesque de cette primaire citoyenne ».

Un concept qui séduit plus qu’il ne rebute

« Les gens sont pour la plupart contents, on a pas encore eu de réactions violentes. On a même convaincu certaines personnes de droite de venir voter aux primaires », s’enthousiasme Juliette. Les critiques portent plutôt sur l’incohérence d’avoir à choisir parmi différents candidats pour un seul et même programme. « Je leur rappelle que le programme du PS est un socle, une boîte à outils », souligne Valentin, 17 ans et militant du MJS Rhône. « Pour se démarquer, les candidats font ressortir des priorités et y ajoutent leurs propres mesures et les chiffrent. »

Même si la plupart des passants pressent le pas ou prennent furtivement le petit dépliant rouge et blanc qui leur est tendu, certaines personnes prennent le temps d’en savoir plus. « On sait qu’il faut être inscrit sur les listes électorales et payer un euro mais pas les conditions concrètes de participation », confie Florence. « C’est une bonne initiative pour ceux qui ne sont pas au courant ou qui ne suivent pas ça de près », ajoute Romain qui dit connaître suffisamment le principe des primaires : « je sais ce qu’il faut faire donc je pourrais me débrouiller seul. »

« Une plus-value radicale dans ses primaires »

Généralement qualifiées de primaires socialistes, l’élection compte également un candidat radical en la personne du président du Parti Radical de Gauche, Jean-Michel Baylet. Thierry Braillard, adjoint radical au maire de Lyon est venu défendre son candidat. « On parle plus de primaires socialistes que de primaires citoyennes. Je veux montrer que dans cette campagne résonne une petite musique radicale », clame l’élu, conscient que son champion n’a quasiment aucune chance de l’emporter en octobre. Une façon de promouvoir l’unité de la gauche. « On veut partir unis pour 2012 », plaide également la Girondine Juliette Perchepied.

Les candidats poussent leurs pions

Si la campagne ne tend pas officiellement à favoriser tel ou tel candidat mais seulement à informer sur le processus des primaires, certains militants en profitent néanmoins pour vanter les mérites de leur leader. Karima Mendes, membre actif de l’association Désirs d’Avenir de Ségolène Royal, en profite donc pour glisser un mot sur sa chouchoute : « Ségolène est plus combative qu’en 2007 et je suis persuadée qu’elle gagnera la primaire notamment grâce à son succès dans les quartiers populaires », note la ségoléniste, tout en assurant que ça ne l’empêche pas de tracter aux côtés des soutiens de François Hollande et Martine Aubry. D’autant plus que chaque camp a déjà prévu sa campagne de porte-à-porte pour faire la promotion de son candidat. La caravane, quant à elle, poursuit sa route jusqu’à son terminus, le 25 août, à la Rochelle.

Photo : © Natacha Verpillot

Publié le : lundi 25 juillet 2011, par Natacha Verpillot

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Parole de militant

De tous les combats, de Chevènement à Mélenchon

Fort d'un engagement riche en rebondissements, James Georges milite aujourd'hui pour la France insoumise et (...)
La suite
Parole de militant

Une enfant des Minguettes marche pour Macron

Cette Vénissianne de 43 ans a été choisie comme suppléante par le député sortant Yves Blein, alors qu'elle ne fait (...)
La suite
Parole de militant

« Ceux qui parlent trop ne font rien »

Adjoint à la mairie de Vénissieux, Abdelhak Fadly ne ménage pas ses forces dans cette campagne législative. Retour sur (...)
La suite
Après 37 ans de carrière politique

L'ancien sénateur communiste Guy Fischer est décédé

Infatigable défenseur des démunis, l'ancien sénateur communiste Guy Fischer s'est éteint samedi 1er novembre (...)
La suite
A partir du 1er janvier 2015

Qui est le Nouveau Rhône ?

Nous sommes le 1er janvier 2015. Si vous habitez Tarare, Villefranche ou Belleville, vous vous réveillez dans un (...)
La suite
La liste identitaire invalidée

Vénissieux : les municipales annulées

Dans un jugement communiqué ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a décidé l'annulation des élections (...)
La suite
Rhône

Sénatoriales : l'UMP et le cumul des mandats grands gagnants

L'UMP a enregistré une nette victoire aux sénatoriales dans le Rhône. La liste emmenée par le maire d'Oullins (...)
La suite