publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Premiers éléments d’enquête
Partager : 
Imprimer

Incendie Perrache

Premiers éléments d’enquête

L’origine de l’incendie est bien criminelle, c’est ce qu’a confirmé le parquet ce soir. Plusieurs témoins ont été entendus dans les locaux de la police judiciaire de Lyon. Parmi eux, au moins un employé des TCL. En revanche, pour ne pas compromettre la suite de l’enquête, le procureur n’a pas voulu se prononcer sur la nature des renseignements obtenus. D’après une source proche de l’enquête, un « engin incendiaire » a mis le feu à un seul autobus au milieu du hangar, à partir duquel les flammes se sont propagées sur les autres véhicules garés à proximité. Les riverains ont été réveillés par plusieurs déflagrations, provenant de l’explosion des réservoirs et des pneus des véhicules. Puis, une épaisse fumée noire s’est répandue dans la rue. 29 bus ont complètement brulés, 4 autres ont été endommagés, ainsi qu’une voiture utilitaire.

D’après Bernard Tabary, il s’agissait d’un cocktail molotov, jeté sous un bus. A l’heure actuelle, cette information n’est pas confirmée. Il faudra attendre quelques jours avant de connaître les trouvailles de la police scientifique. Depuis ce matin circule la rumeur qu’un témoin aurait aperçu un homme cagoulé sortir du dépôt en courant. Des propos que le parquet refuse pour l’instant de confirmer.

Le dépôt de Perrache est le seul du Sytral à ne pas être clôturé. Trop plein, il débordait en effet sur le trottoir. Malgré quelques vols de bus constatés dans le passé, des travaux de sécurisation, pourtant envisagés, n’ont jamais été effectués. « Dans quatre ans, nous devions déménager dans un nouveau dépôt juste en face », explique Monsieur Leonardi, le responsable du site de Perrache. « Alors, nous n’avons plus investi dans l’actuel. » La nuit, le site est alors surveillé par un gardien. Était-il présent au moment où l’incendie s’est déclaré ? Officiellement, il était en train de faire sa ronde.

Sur ce site imposant de 5000 m2, seule le hangar avant, qui occupe la moitié de cette surface, a été détruit par les flammes. La fosse mécanique au milieu et une deuxième remise à l’arrière de la bâtisse n’ont pas été touchés. Une bonne trentaine de bus y stationnaient, et se trouvaient donc à l’abri des flammes. En comptant les véhicules sortis de la fournaise par les premiers conducteurs arrivés à partir de 4h sur le site, une cinquantaine ont été sauvés du feu. Par ailleurs, les pompiers ont réussi à protéger une cuve de 40 000 litres de fioul présente sur le site.

"« Il va falloir tout raser », reconnaît Monsieur Leonardi. La charpente métallique étant fortement endommagé par le feu, la toiture risque à tout instant de s’effondrer. Le responsable souhaite néanmoins que son site continue à tourner. Et de prévoir « un dépôt à ciel ouvert ».

En début d’après-midi a commencé l’enlèvement des carcasses brulées (et de quelques voitures particulières, pourtant indemnes, mais garées dans le périmètre de sécurité). Une grue a été installée sur le cours qui pose les carcasses sur les camions-plateforme. Comptant deux heures par bus brûlé l’opération devra s’étendre sur quelques jours. Le cours Suchet restera ainsi fermé. Le quai Rambaud, quant à lui, devait rouvrir en fin d’après-midi, une fois terminé le nettoyage des hydrocarbures déversés pendant l’incendie.

Direction et syndicats ont unanimement condamné ces faits. Des méthodes de voyou d’après certains grévistes. « Nous ne pouvons pas cautionner la destruction de notre outil de travail. C’est au moins un point que nous partageons avec Collomb et Tabary », confie Yves Gélibert, délégué syndical CGT, cité par Lyon Capitale.

Photo : lyon-info.fr

Publié le : mercredi 30 septembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Plus confortables

Ligne B : de nouvelles rames automatiques en 2020

Plus rapides, plus spacieuses, plus confortables. Les nouvelles rames, dont le premier exemplaire a été présenté ce (...)
La suite
Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite