publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Quand Ramzy, Garcia et Dubosc font leur show
Partager : 
Imprimer

« Les seigneurs » en promo

Quand Ramzy, Garcia et Dubosc font leur show

« On se croirait dans une boite à partouse », lance Franck Dubosc à la vue des canapés en velours rouge du bar du Sofitel Bellecour. « Pas que j’y connaisse quelque chose... ». Le ton est donné.

« Molène, c’est comme une île, mais en plus petit », ajoute l’acteur de Camping. D’une superficie de 0,75 km², cette île bretonne, 64 fois plus petite que Lyon, a servi de décor au dernier long-métrage d’Olivier Dahan (La môme).Les seigneurs, une gentillette comédie, raconte l’histoire de quelques anciennes gloires du foot, qui rechaussent les crampons pour aider une usine en faillite.

Venus à Lyon assurer la promotion du film, Ramzy, José Garcia, Franck Dubosc et Joeystarr ont rencontré pendant une heure la presse locale. L’occasion de faire les cons.

« Ça fait deux heures que j’ai commandé. Vous ne savez pas qui je suis ? »", lance, rigolard, Ramzy au serveur qui lui apporte de l’eau. Penaud, l’employé lui répond par un « avec ou sans bulles, Monsieur ? »

La veille, le film avait été projeté à Clairfontaine, au centre d’entrainement des Bleus. L’occasion pour Ramzy de se mesurer à Karim Benzema à la Playstation. « Je lui ai mis trois dans la vue », se vante l’acteur. « C’est très agréable de mettre des buts à Benzema, avec Benzema. Une sorte de Benzema au carré. C’est comme coucher avec une star du porno. »

Avant de parler quand même un peu du tournage. « Ils étaient 100 (habitants sur l’île, ndlr), nous on était 100 », raconte José Garcia. « On a pris un pot. Il faut dire qu’on est des petits chefs. On a eu le respect des Bretons dès le premier soir. »

« On n’a pas été choisis pour rien », ajoute Franck Dubosc, goguenard. Et Joeystarr de compléter, un verre de cognac à la main : « A la sortie de Molène, on est tous devenus alcooliques. »

Dès lors, la cohabitation s’est passée à merveille, à les entendre. « Un soir j’ai été gratter de la viande dans la maison à côté », se souvient Ramzy, qui avait alors invité des amis dans sa chambre. « Le monsieur m’a passé deux steaks de son congélo et m’a souhaité une bonne soirée. »

Quant au film, digne successeur des Camping chers à Dubosc, avec ses personnages caricaturaux et son histoire cousue de fil blanc, c’est, ni plus ni moins, la version française des Sept mercenaires. « Je suis Yul Brunner », décrète José Garcia, tandis que Dubosc se voit en Charles Bronson.

Sortie : 26 septembre.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 10 septembre 2012, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite