publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Culture > Sous toi, la ville
Partager : 
Imprimer

diapo
Cinéma

Sous toi, la ville

Roland, est un banquier influent et respecté, installé au sommet d’une tour d’un quartier d’affaires. Alors qu’il est sur le point de réussir une juteuse affaire, la prise de contrôle du concurrent de l’un de ses clients, il rencontre par hasard Svenja, une jeune artiste, dont l’époux travaille pour lui, à un étage inférieur. Violemment attiré par cette jeune femme, il cherche à la séduire. Pour arriver à ses fins, il envoie son mari en Indonésie sur un poste dont le précédent occupant a été tué.

Situé dans le quartier d’affaires de Francfort, seconde place financière d’Europe, le film est librement inspiré d’un récit biblique, celui du roi David et de Bethsabée : le premier conquiert la seconde en envoyant son mari à la guerre. D’un point de départ assez banal mêlant adultère, sexe et pouvoir, le réalisateur Christoph Hochhäusler, qui signe ici son troisième long-métrage, tire une œuvre froide et déconcertante.

Ses protagonistes sont à l’image de cette ville, filmée comme un no man’s land de verre et de métal. Des êtres déshumanisés et aseptisés. Roland, le banquier tout puissant est un homme las, mou même par moments, obligé de s’inventer une réalité imaginaire, de se shooter au malheur des autres pour se cacher qu’il ne maîtrise plus grand chose. Svenja, quant à elle, étouffe dans sa vie de femme de banquier aux aspirations petit-bourgeoises. Ils parlent peu, leur relation est sans cris ni larmes, sans complicité. Leur attirance semble le fruit d’une fatalité, bien plus que d’une passion.

L’opacité de Svenja et Roland tranche avec la transparence des lieux dans lesquels ils évoluent. Le monde de la banque de Christoph Hochhäusler vit et travaille dans des bâtiments en verre. « Le verre peut créer des illusions d’optique », explique le réalisateur. « Le monde semble à portée de main, main en fait, il est hors d’atteinte. » Énigmatique, son film lance sans cesse des pistes, qu’il n’explore que rarement. La drogue, la déchéance humaine, l’illusion de l’imaginaire jusqu’à la révolte sociale : « la crise va descendre dans la rue », dit Christoph Hochhäusler. Dans Sous toi, la ville, tout est effleuré, rien n’est exploré.

Reste la qualité visuelle du film, froide et léchée, intercoupée par de furtifs et bizarres gros plans, posée sur une musique dissonante et angoissante, pour mettre à nu (au sens propre comme figuré) la violence insidieuse de l’univers ouaté de la finance. Tout en rétention, le film, qui a été projeté dans la sélection Un certain regard à Cannes, peine toutefois à faire ressentir la tragédie qu’il ambitionne de dénoncer. Et laisse un goût d’inachevé.

- Long-métrage allemand
- Réalisé par Christoph Hochhäusler
- Avec Robert Hunger-Buhler, Nicolette Krebitz, Mark Waschke,
- Durée : 1h50
- Site officiel : www.soustoilaville-lefilm.com
- Sortie : 15 décembre

Photos : © Arte

Publié le : mercredi 15 décembre 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Exposition

Lumière sur Yoko Ono

Le musée d'art contemporain (macLyon) de Lyon accueille très prochainement l'une des expositions les plus (...)
La suite
Art contemporain

Découverte et redécouverte à l'IAC

« Collection 15' » et « Demain dans la bataille pense à moi » sont présentés simultanément dans les 12 espaces de (...)
La suite
Musée des Confluences

Une exposition crée le lien entre arts plastiques et machines

Plus de 170 pièces, du XVIIIe siècle à nos jours, issues de 44 musées en Europe sont ici réunies pour la première fois (...)
La suite
Une mise en scène à faire fuir les jeunes

Faust à l'Opéra de Lyon : « Madame, on préfère le théâtre »

Florence Leray, journaliste mais également enseignante en philosophie a emmené ses élèves à l'Opéra. Le résultat de (...)
La suite
Clôture du Festival Lumière

Martin Scorsese : « Il faut se battre pour le cinéma ! »

Le festival Lumière s'est conclu dimanche sur un dernier hommage au lauréat, Martin Scorsese. De nombreuses (...)
La suite
Martin Scorsese récompensé

Prix Lumière 2015 : le sacre d'un passionné

« Tu as inventé les journées de 36 heures et les heures de 90 minutes. » C'est ainsi que Bertrand Tavernier a (...)
La suite
Festival Lumière

Une 7ème édition pour rendre hommage au 7ème art

Avec 328 séances, 68 lieux de projection et Martin Scorsese pour le Prix Lumière, la 7ème édition du festival (...)
La suite