publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Deux projets, dont un en dehors des clous
Partager : 
Imprimer

Musée des Confluences

Deux projets, dont un en dehors des clous

Si le Cristal Nuage, reste pour l’instant désespérément cloué au sol, sa facture, elle s’envole. Obligé de relancer un appel d’offres, en vue de terminer le chantier du nouveau musée, appelé à remplacer feu le Museum, le Conseil Général a reçu deux réponses. Si le budget atteint maintenant des niveaux stratosphériques, Michel Mercier affirme avoir les ressources nécessaires. Pour financer la moins chère des deux offres, pas l’autre.

Doté d’une architecture aérienne et futuriste, l’œuvre du cabinet viennois Coop Himmelb(l)au, le futur Musée des Confluences, devra être une sorte de figure de proue du nouveau quartier, pour avoir trouvé sa place sur la pointe entre Rhône et Saône. Dix ans après son lancement, il évoque cependant toujours plus le béton et le gros œuvre que la science et le savoir. Au grand damn de son directeur Michel Côté qui souhaite qu’on arrête de parler travaux pour s’intéresser aux collections qui y seront un jour exposées. Ce n’est toutefois pas pour tout de suite. Le nouveau musée n’ouvrira ses portes qu’en 2014 au mieux. « L’architecture fera l’objet de discussions, mais j’espère bien aussi de visites… », disait Michel Mercier en séance publique du Conseil Général. Il n’est pas le seul.

Toujours est-il que ce chantier, passablement englouti dans le sol boueux du Confluent depuis le retrait de l’entreprise chargée du gros œuvre, a été relancé. Les deux dossiers reçus le 28 août dernier, suite à un nouvel appel d’offres, émanent de Vinci et de Léon Grosse (qui a réalisé la gare de Saint-Exupéry). Ils ont été agréés par le Conseil Général et vont maintenant être décortiqués pendant deux mois par ses services techniques. Leur coût, hors options : 99,45 M€ pour Léon Grosse et 118,98 M€ pour Vinci. « La différence de prix se fait sur la toiture, la charpente, le prix du béton et le coût de la coordination interne », a expliqué Michel Mercier.

Evalué, lors de son lancement en 1999, à 60 M€, le coût de ce projet emblématique ne cesse depuis de s’envoler. Or, à l’heure où 61 M€ ont déjà été déboursés, le musée est encore à ses prémisses. En comptant tous les frais annexes, il faudra encore débourser, au bas mot, 175 M€ supplémentaires. Du coup, le Conseil Général est obligé de vendre des bijoux de famille, comme des actions de la CNR (Compagnie générale du Rhône), ou encore des terrains à Corbas, Ternay ou la Part-Dieu, des villas à Saint-Cyr, une grande propriété à Ecully, ou encore un domaine de plusieurs dizaines d’hectares à Saint-Hilaire du Touvet.

Une fois ses ventes réalisées, le Conseil Général disposera de 176,21 M€ de liquidités. Tout juste de quoi se payer la moins chère des deux offres, celle de Léon Grosse. Et encore seulement la version de base. Exit donc la toiture en acier inoxydable, plus onéreux que l’aluminium initialement prévu. Et exit surtout l’offre de Vinci, 20 M€ plus chère. Il ne reste plus à Michel Mercier qu’à espérer que ses services techniques ne trouveront rien à redire à la proposition de l’entreprise aixoise. Ou alors, il faudra augmenter les impôts, solution, à laquelle l’UMP reste hostile.

Photo : DR

Publié le : samedi 5 septembre 2009, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

320 kilomètres de pistes cyclables

Réseau express vélo : les travaux commencent en 2022

A la fin de la mandature, le nouveau réseau express vélo grandlyonnais doit s'étendre sur 250 kilomètres ; Il (...)
La suite
Plus confortables

Ligne B : de nouvelles rames automatiques en 2020

Plus rapides, plus spacieuses, plus confortables. Les nouvelles rames, dont le premier exemplaire a été présenté ce (...)
La suite
Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite