publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > A Bellecour, manifestation contre le gaz de schiste
Partager : 
Imprimer

Tour de France d’une banderole

A Bellecour, manifestation contre le gaz de schiste

La banderole contre l’exploitation du gaz de schiste a fait escale ce mardi à Bellecour. « Tout le territoire français est concerné par le gaz de schiste », déclare Elisabelle Bourgue, à l’initiative de ce tour de France avec sa banderole. Parti le 24 avril pour un parcours en 18 étapes, elle se rendra symboliquement le 9 mai au sommet du Mont-Blanc, puis le 10 devant l’Assemblée Nationale, date à laquelle les propositions de loi concernant l’exploitation du gaz de schiste doivent être examinées. A chaque étape, elle invite les passants à apposer leur signature sur la banderole.

« L’Assemblée n’attend même pas les conclusions des missions parlementaires », s’étrangle Nicolas de Metz, porte-parole du collectif Stop Gaz de schiste 69 « Ce n’est pas en légiférant comme cela que la question va être résolue. » Si le sujet provoque une telle levée de boucliers, c’est que le procédé « est très polluant et contribue à l’effet de serre », explique Nicolas de Metz. De plus, il présente des risques pour les nappes phréatiques.

Le gaz de schiste est du gaz naturel. Contrairement au gaz classique, il ne se trouve pas concentré dans des poches qu’il suffit de pomper, mais répartis dans le sous-sol. Pour l’extraire, il faut forer verticalement sur deux à trois kilomètres de profondeur puis pénétrer horizontalement les schistes. Sont ensuite envoyées à forte pression de grandes quantités d’eau, auxquelles sont ajoutées des produits chimiques qui peuvent infiltrer les nappes phréatiques. Chaque fracturation nécessite de 7 à 15 000 m3 d’eau. Jusqu’à 50% de cette eau peut ne pas être récupérée.

Le gouvernement avait octroyé en mars 2010, notamment à Total et GDF Suez, des permis de prospection dans trois zones situées dans le sud de la France. L’Assemblée Nationale examinera mardi 10 mai une proposition de loi visant à interdire l’exploration du gaz de schiste. D’ici-là, les collectifs continuent à sensibiliser la population. A Lyon, ils n’étaient pas plus d’une trentaine, mardi dernier, mais ils sont parvenus à attirer de nombreuses nouvelles signatures, venues étoffer la banderole déjà bien remplie. Il y en a déjà plus de 1520.

Photos : © Simon Deculty

Publié le : vendredi 6 mai 2011, par Simon Deculty

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



2 commentaires pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Plan Oxygène

Le Grand Lyon s'attaque timidement à la pollution

Moins de camions, plus de communication, voilà ce à quoi se résume le plan de la Métropole pour réduire la pollution de (...)
La suite
Tassin la Demi-Lune

Eco-rénovation : diviser sa facture d'énergie par trois

Diviser par trois les coûts énergétiques, voila l'objectif de l'éco-rénovation menée dans la résidence Les (...)
La suite
Place de la République

Une grève de la faim pour sauver des singes de la vivisection

Depuis 16 jours, Lily observe une grève de la faim. Par ce jeûne, elle espère obtenir la fermeture d'un centre de (...)
La suite
Dengue et chikungunya

Comment combattre le moustique tigre

Le moustique tigre a atteint Rhône-Alpes en 2009. Particulièrement dangereux, il peut transmettre la dengue et le (...)
La suite
Allergies

Ambroisie : un site internet pour signaler la plante

Pour combattre l'ambroisie, la région a lancé une plateforme permettant de signaler la présence de cette (...)
La suite
Les cyclistes finissent le travail

Une association dénonce des pistes cyclables impraticables

Les pistes cyclables, pourtant très récentes, le long du tramway T4 et de la rue Garibaldi, sont difficilement (...)
La suite
La pollution provoque 1 maladie sur 3

L'air reste mauvais en Rhône-Alpes, la France sanctionnée ?

Avec 83 jours d'alerte à la pollution, dont 70 jours dus au dépassement des normes européennes, l'année 2013 (...)
La suite