publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Ecologie > A Bellecour, manifestation contre le gaz de schiste
Partager : 
Imprimer

Tour de France d’une banderole

A Bellecour, manifestation contre le gaz de schiste

La banderole contre l’exploitation du gaz de schiste a fait escale ce mardi à Bellecour. « Tout le territoire français est concerné par le gaz de schiste », déclare Elisabelle Bourgue, à l’initiative de ce tour de France avec sa banderole. Parti le 24 avril pour un parcours en 18 étapes, elle se rendra symboliquement le 9 mai au sommet du Mont-Blanc, puis le 10 devant l’Assemblée Nationale, date à laquelle les propositions de loi concernant l’exploitation du gaz de schiste doivent être examinées. A chaque étape, elle invite les passants à apposer leur signature sur la banderole.

« L’Assemblée n’attend même pas les conclusions des missions parlementaires », s’étrangle Nicolas de Metz, porte-parole du collectif Stop Gaz de schiste 69 « Ce n’est pas en légiférant comme cela que la question va être résolue. » Si le sujet provoque une telle levée de boucliers, c’est que le procédé « est très polluant et contribue à l’effet de serre », explique Nicolas de Metz. De plus, il présente des risques pour les nappes phréatiques.

Le gaz de schiste est du gaz naturel. Contrairement au gaz classique, il ne se trouve pas concentré dans des poches qu’il suffit de pomper, mais répartis dans le sous-sol. Pour l’extraire, il faut forer verticalement sur deux à trois kilomètres de profondeur puis pénétrer horizontalement les schistes. Sont ensuite envoyées à forte pression de grandes quantités d’eau, auxquelles sont ajoutées des produits chimiques qui peuvent infiltrer les nappes phréatiques. Chaque fracturation nécessite de 7 à 15 000 m3 d’eau. Jusqu’à 50% de cette eau peut ne pas être récupérée.

Le gouvernement avait octroyé en mars 2010, notamment à Total et GDF Suez, des permis de prospection dans trois zones situées dans le sud de la France. L’Assemblée Nationale examinera mardi 10 mai une proposition de loi visant à interdire l’exploration du gaz de schiste. D’ici-là, les collectifs continuent à sensibiliser la population. A Lyon, ils n’étaient pas plus d’une trentaine, mardi dernier, mais ils sont parvenus à attirer de nombreuses nouvelles signatures, venues étoffer la banderole déjà bien remplie. Il y en a déjà plus de 1520.

Photos : © Simon Deculty

Publié le : vendredi 6 mai 2011, par Simon Deculty

Réagir : 

Galerie photos (4 photos). Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama.



2 commentaires pour cet article


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Main rouge au Grand Lyon

« La Métropole ne fait pas assez pour le climat ! »

Samedi 13 octobre, ils étaient à nouveau 15 000 selon les organisateurs et 10 000 selon la police, 120 000 dans 86 (...)
La suite
Climat

Une nouvelle marche pour que « les promesses soient tenues »

Ils entendent « mettre la pression sur les politiques », explique le vidéaste Usul, auteur d'un clip qui appelle à (...)
La suite
Nettoyons la nature

« Ça me fait mal au cœur »

Le lieu est un véritable dépotoir. A quelques pas des quatre tours de l'Observance (Lyon 9ème), le glacis du Fort (...)
La suite
15 000 personnes pour le climat

Climat : une marche pour réveiller les politiques

Une chaine humaine était prévue autour de l'hôtel de ville mais les trois rues qui bordent le bâtiment ainsi que (...)
La suite
Sauver la planète à Lyon

Grand Lyon : le Plan climat, pourquoi c'est important

Alors que l'été 2018 a été le deuxième le plus chaud jamais enregistré, le Grand Lyon travaille sur son prochain Plan (...)
La suite
Recycler, réutiliser, moins jeter

Ressourcerie : un projet solidaire pour s'équiper à prix doux

Des assiettes, des vêtements pour quelques sous, des livres à prix libre, un ordinateur à 30 euros, des disques vinyle (...)
La suite
Conférence par ci, schéma par là

Le Grand Lyon, fait-il assez pour le climat ?

« Dans vingt ou trente ans, on pourra traverser la Saône à pied, l'été. » Face à ce constat inquiétant, le Grand Lyon (...)
La suite