publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > La ville > Atoubus : C parti
Partager : 
Imprimer

Le nouveau réseau a démarré à 4h30

Atoubus : C parti

La grande réorganisation du réseau de bus lyonnais s’est mise en place. Lundi à 4h30, les conducteurs ont pris leur service sur les nouvelles lignes, non sans appréhension. Les usagers, eux, doivent désormais s’habituer à une nouvelle numérotation, notamment les nouvelles lignes majeures commençant par la lettre C, de nouveaux itinéraires et horaires. Plus pratiques pour les uns, plus contraignants pour les autres. Le passage à Atoubus s’est toutefois fait sans trop de heurts.

« Pour moi, rien ne change. Le bus me prend et me dépose toujours au même endroit », soupire soulagée Aurélie, qui se rend de Rouget de l’Isle à son travail aux Cordeliers. Seul le numéro de bus n’est plus le même. A la place de l’ancien 25, elle doit désormais emprunter le C13, l’une des nouvelles lignes fortes. La jeune femme a quand même consulté le nouveau plan de ligne sur Internet la semaine passée.

Beaucoup de voyageurs avaient ainsi anticipé les changements. « Les Lyonnais sont bien renseignés », affirme Arlette Protière, une salariée des TCL à la retraite. Elle a été rappelée pour s’occuper du point d’information de la Part-Dieu, l’un des 80 stands rouges, repartis dans l’agglomération depuis mercredi dernier. « Beaucoup de personnes sont déjà venues la semaine dernière », rapporte-t-elle. Le plus déroutant pour eux : les changements de numérotation et les arrêts déplacés, comme le 53 devenu C25 et dont l’arrêt a été décalé du centre commercial à la bibliothèque municipal.

Tout le monde n’a toutefois pas pris les devants. « Les gens sont perdus », note Sébastien Cazorla, conducteur de bus sur la nouvelle ligne C24, qui remplace la 74. La quinzaine de dépliants qu’il avait embarqués lors de sa prise de service sont partis comme des petits pains. « Les gens sont surpris par le changement de numérotation, demandent si les horaires correspondent toujours. »

Même son de cloche à bord du C9 (ex 99) où Hélène Pierre accompagne une conductrice rentrée fraîchement de vacances. « Les gens sont un peu perturbés », note-t-elle. « Ils demandent si le bus va toujours bien à tel endroit. » En revanche, le changement de terminus sur cette ligne qui desservait avant le Vieux Lyon ne semble pas avoir posé problème. « Les voyageurs ont bien trouvé le nouveau point de départ à Bellecour, même si le panneau est tout petit. »

Autre signe de l’inquiétude qui avait gagné nombre d’usagers, le centre d’appels Allô TCL a été pris d’assaut dès le petit matin. A 8h24, 15 appels étaient en attente, un nombre inhabituel, alors que 8 téléconseiller étaient au poste, 2 fois plus qu’un lundi normal. C’est que le nombre d’appels a été multiplié par 5 : 162 contre 30 à 35 en temps normal. Toute la semaine, le centre d’appel recevra du renfort pour répondre aux clients déboussolés et expliquer itinéraires, horaires, fréquences. « Ils ont besoin d’être rassurés », résume Laurence Soria, la responsable du service. « Dimanche, on avait l’impression que les gens débarquaient, aujourd’hui, ils sont déjà beaucoup mieux renseignés. »

Les conducteurs, eux, ont été formés depuis juin sur leurs nouvelles lignes. « Une formation en salle suivie d’une journée de reconnaissance sur le terrain », précise Christophe Puvillard, chef de groupe au dépôt Alsace. Partis en groupe de 5, les conducteurs ont pu expérimenter leur nouvel itinéraire pendant toute une journée. Avec succès, car lundi à 7h50, un seul d’entre eux s’était perdu : un conducteur de la 46, une ligne pourtant inchangée. « Beaucoup ont repéré ce week-end leur nouveau trajet avec leur véhicule personnel », souligne Laurent Senigout, le directeur d’exploitation des TCL.

Tout ne semble toutefois pas simple lundi matin à 5h au dépôt des Pins (Lyon 3ème), qui recense 122 bus et 313 conducteurs. « On a quand même un peu peur de se louper », témoigne Farid Ait-Oumeghar, affecté à la nouvelle ligne C8, qui remplace la 28. Il parcourt sa feuille de codage à la recherche de la combinaison de chiffres à entrer pour annoncer le nouveau terminus à Vaulx-en-Velin, là où l’ancienne ligne s’arrêtait à Bonnevay. « Tu fais 08 01 puis flèche haut, flèche bas », lui conseille un collègue. Ça marche et c’est parti.

La réorganisation vise surtout a apporter plus de cohérence. C’est le cas pour Amel qui vient tous les lundi matins de Villefontaine par car Transisère à la Part-Dieu, avant de se rendre à Rillieux. Avant, cette étudiante aide-soignante devait emprunter le 58 à Bellecour. La nouvelle ligne C2 qui part de la Part-Dieu l’arrange donc bien. Pas pressée, elle ne s’est toutefois renseignée que la veille au soir sur la nouvelle correspondance.

Info : www.atoubus.tcl.fr

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 29 août 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Travaux de 2017 à 2019

Perrache : rénovation à minima du pôle d'échanges

Dans un contexte de restriction budgétaire, le projet de rénovation de la gare de Perrache et du centre (...)
La suite
Quartier Part-Dieu

Garibaldi : la deuxième phase est lancée

Le réaménagement, déjà réalisé entre les rues Vauban et Bouchut, sera poussé, d'ici fin 2017, jusqu'à la rue (...)
La suite
Rhône

Un livre invite à la découverte de Villeurbanne

Le livre « Villeurbanne à la page » est l'œuvre de Bernard Jadot (texte) et Laurence Fischer (photos), deux (...)
La suite
Une mutation en profondeur

Comment rendre la Part-Dieu « plus agréable à vivre »

« Il faut penser Lyon comme une ville de demain plus agréable à vivre » a martelé Gérard Collomb, au cours d'une (...)
La suite
Guide

Découverte insolite de Lyon

De nombreuses découvertes insolites sont répertoriées dans un nouveau guide, rédigé par deux journalistes (...)
La suite
Le compte à rebours a commencé

Part-Dieu : B10 doit disparaitre

Sa démolition est désormais sur les rails pour libérer le parvis de la gare de toute construction et de l'ouvrir (...)
La suite
Rhône-Alpes

TER : 40 nouvelles rames pour offrir plus de places

La Région Rhône-Alpes vient de recevoir la première rame à deux étages nouvelle génération. Elle offre 20% de places en (...)
La suite