publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Bataille d’eau géante en centre-ville
Partager : 
Imprimer

La place Pradel en champ de bataille

Bataille d’eau géante en centre-ville

Pulvérisateurs, pistolets à eau, bouteilles, voire sacs en plastique remplis, étaient de sortie samedi après-midi pour une bataille d’eau géante en centre-ville, la première du genre. Une trentaine de belligérants se sont affrontés pendant une demi-heure place Pradel. Avant que le soleil automnal ne se charge de sécher les combattants détrempés.

Rendez-vous était donné à 15h devant la Bourse où Amélie et Benjamin, les deux organisateurs, rappelaient aux participants les règles de bonne conduite : ne pas arroser les passants et garder son calme et sa bonne humeur, même complètement trempé. Surtout, il s’agissait d’annoncer aux combattants le champ de bataille, gardé secret jusqu’alors : la place des Terreaux.

Or, une surprise de taille attendait les belligérants en arrivant sur les lieux, quand ils se sont trouvés nez à nez avec l’équipe de campagne d’Arnaud Montebourg. Le candidat à la primaire socialiste avait choisi cette place de centre ville pour son stand-up. Après un repli tactique, la joyeuse équipée s’est finalement rendue place Pradel pour lancer les hostilités.

Parmi les belligérants Calixte, venu avec 6 amis enterrer sa vie de jeune garçon. Sans surprise, son prochain mariage a fait de lui une cible de choix. Après avoir été saupoudré de confettis, il sortait ruisselant des combats. Si la plupart des participants avaient comme lui la vingtaine, certains étaient venus en famille. Un k-way jaune lui servant de tenue de combat et armée d’un pulvérisateur orange, Manon, 4 ans (photo), était de toutes les bagarres et n’hésitait pas à s’en prendre à plus grand qu’elle.

A l’origine de l’évènement, trois copains : Amélie, Benjamin et Maud, trois jeunes salariés réunis au sein de l’association Ose. Créé il y a trois ans, le collectif a déjà plusieurs flashmobs à son actif, le plus souvent des freez, qui consistent à réunir dans un lieu public un grand nombre de personnes, se figeant simultanément durant quelques minutes. Leur seul regret : « il n’y avait pas beaucoup de participants. On fera mieux en juin prochain. » D’ici-là, d’autres flashmobs sont déjà en préparation, mais encore trop secrets pour pouvoir en parler.

Toutes les photos de la bataille sont sur www.flickr.com

Info : www.ose-asso.fr

Photo : © Michael Augustin

Publié le : dimanche 2 octobre 2011, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite