publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Prison avec sursis pour deux manifestants
Partager : 
Imprimer

Dégradations

Prison avec sursis pour deux manifestants

Arrêtés jeudi lors de la première journée de mobilisation des lycéens, Camille et Lou, deux jeunes étudiants, ont été jugés lundi en comparution immédiate, tandis que plusieurs dizaines de gendarmes étaient mobilisés devant le palais de justice pour prévenir tout débordement. Quelques cheminots et des étudiants étaient venus soutenir les prévenus, qui ont écopés de peines de prison avec sursis et d’amendes.

A voir le déploiement policier, on aurait pu penser à un procès de grand banditisme ou d’évasion en multirécidive. 8 fourgons de la gendarmerie stationnait en file indienne devant le palais de justice, rue Serviant (Lyon 3ème). Plusieurs dizaines d’agents ont été mobilisés. A l’intérieur, la salle d’audience G était pleine à craquer, remplie de journalistes et de nombreux étudiants venus soutenir leurs camarades, au point que tous n’ont pas pu entrer. Un cortège d’une centaine de cheminots SUD Rail et CGT, fumigènes à la main, s’était également déplacé devant le palais de justice pour « soutenir les jeunes ».

Au vu du déploiement policier, les faits reprochés à Camille et Lou paraissaient presque dérisoires : dégradation d’un panneau publicitaire pour l’une, jet d’un sac de feuilles mortes pour l’autre. Un troisième prévenu, Fabien, poursuivi pour des faits plus graves (dégradation de plusieurs voitures) a demandé le renvoi de son procès pour préparer sa défense.

Les deux autres, Camille et Lou, ont accepté la comparution immédiate. Anciens élèves du lycée Lumière (Lyon 8ème), ils participaient à la première manifestation sauvage, jeudi dernier. A proximité du lycée de la Martinière, au pied des pentes de la Croix-Rousse, Camille se fait arrêter en flag’ après avoir jeté un projectile contre un panneau publicitaire Decaux. Des lycéens s’opposent à son arrestation. Un sac de feuilles mortes du Grand Lyon vole en direction des policiers, et Lou se fait arrêter à son tour, accusé d’avoir utilisé cette « arme par destination ».

Camille, la lycéenne qui prépare son bac en candidat libre, donnera une fausse identité aux policiers et refusera les prélèvements d’ADN et d’empreintes digitales. Après 48 heures de garde à vue et autant de détention provisoire à Corbas, elle comparaît les menottes aux poignets. A la barre, elle plaide coupable pour la sucette Decaux, les parents avaient d’ores et déjà remboursé à l’entreprise les dégâts causés par leur fille. Il lui est également reproché d’avoir dégradé une voiture en montant dessus. Selon la déposition enregistrée par la police, elle aurait été formellement identifiée par la propriétaire du véhicule. Or, lors du procès, celle-ci ne se souvient plus que d’avoir vu Camille poser ses mains sur le capot. Elle sera débouté de sa demande d’indemnisation.

Lou, plus coopératif, arrive libre au procès. Il nie le jet de sac poubelle, qui aurait été envoyé par quelqu’un derrière lui. Pas possible, rétorquent les policiers visés, le sac était trop léger pour être parti de si loin. La procureure, qui a provoqué des rires dans l’assistance, en expliquant que les fichiers ADN servent aussi à identifier des victimes d’accident, se veut intransigeante et demande 3 mois fermes pour chacun.

« Pas une fille d’Action directe »

Un réquisitoire qui fait grimper au plafond Me Naserzadeh, l’avocate de la défense. Elle pointe la médiatisation de l’affaire et la tentation de constituer un exemple, en soulignant que les deux prévenus ont un casier judiciaire vierge. Elle dénonce les conditions dans lesquelles Camille est interpellée, attrapée par le cou, puis les bras et les jambes, avant d’être plaquée le visage contre le trottoir. « Ce n’est pas une fille d’Action directe », s’étrangle l’avocate. « Ce que les deux ont fait est grave mais pas gravissime. »

Le sincérité des policiers en question

Puis, elle revient sur la déposition de la propriétaire de la voiture, finalement contredite à la barre, accusant les policiers d’avoir forcé le trait. Elle pointe leurs propres incohérences. Le sac, rempli de feuilles mortes, était trop léger pour avoir été jeté de loin, mais suffisamment lourd pour déstabiliser un policier qui, à la barre, paraissait plutôt costaud. Puis, les policiers s’étaient tantôt écartés pour laisser passer le sac, tantôt retournés et l’ont pris dans le dos.

300 euros pour des doigts d’honneur

Camille a été condamnée à 2 mois avec sursis et 1 400 euros d’amende, dont 1 000 avec sursis, Lou écope de trois mois avec sursis et de 300 euros d’amende. Il doit également 150 euros à chaque policier pour des doigts d’honneur. La mère de Camille exprime son soulagement : « on craignait des peines pour l’exemple. Ça aurait été aberrant pour des faits tellement minimes. » A la sortie, les quelques élèves du lycée Lumière, dénonçait des « arrestations arbitraires », tandis que la famille de Lou n’a pas souhaité s’exprimer.

Le PS condamne les comparutions immédiates

« S’il est bien évident que les auteurs d’actes délictueux doivent être condamnés et sanctionnés juridiquement, il nous parait également injuste de faire passer des lycéens en comparution immédiate, cette procédure est trop expéditive, garantissant trop souvent l’impunité des coupables et la condamnation des innocents », écrit la fédération du Rhône du PS dans un communiqué.

Photo : Michael Augustin

Publié le : mardi 19 octobre 2010, par Michael Augustin

Réagir : 

 


1 commentaire pour cet article


  • Camille,Lou et les autres, rassurez vous ,vous n’êtes pas des bandits,mais simplement des jeunes en colère et inquiets face à leur avenir !!
    Bon courage pour la vie !!!

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Maladies rares

Meyzieu : elle pleure des larmes de sang, le calvaire d'une ado

« Je ne voyais plus rien. Autour de moi, tout le monde criait ! ». Un jour d'octobre 2015, la vie d'Anissa (...)
La suite
Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite