publicité fleche bas
actualite
Retrouvez
Lyon Info sur :
logo-facebook logo-twitter rss
Accueil > Société > Egalité : jouer à la dînette, oui mais pour bricoler
Partager : 
Imprimer

Visite ministérielle aux Buers

Egalité : jouer à la dînette, oui mais pour bricoler

« Madame, est-ce qu’il y a aussi un ministère des droits des hommes ? », veut savoir Louise, 10 ans, une petite brune à lunettes, les cheveux sagement tressés en natte. Najat Vallaud Belkacem, en visite ce lundi matin dans une école primaire de Villeurbanne, éclate de rire. « Mon ministère s’appelle des droits des femmes mais en réalité c’est le ministère de l’égalité hommes-femmes », explique-t-elle à la jeune élève de CM2. Et c’est précisément de l’égalité que la ministre est venue parler aux enfants et enseignants.

Depuis la rentrée, l’école de Château Gaillard, installée dans le quartier populaire des Buers, participe au projet pilote ABCD de l’égalité. Avec 45 autres écoles du Rhône, cet établissement, classé en réseau de réussite scolaire, expérimente l’apprentissage d’« une culture de l’égalité et du respect entre les filles et les garçons », selon le ministère. Au niveau national, 10 des 33 académies participent, soit quelque 600 classes.

Le programme a commencé à la rentrée dernière par une formation des enseignants. L’occasion pour eux de s’interroger durant trois heures sur leurs pratiques et leurs outils en classe. « Sur les images qu’on utilise, ce sont toujours les mères qui s’occupent des enfants et les pères qui conduisent la voiture », pointe Line Roche, l’une des enseignantes de l’école. « On a tendance à donner plus souvent la parole aux garçons pour les canaliser, parce qu’ils sont plus turbulents », ajoute sa collègue Julie Doussière. Deux demi-heures par semaine, elle fait travailler sa classe de grande section sur les jouets et les activités péri-scolaires. Un garçon, peut-il faire de la danse, une fille jouer au foot ?

Pas du tout impressionnés par la foule de journalistes, de caméras et d’appareils photos, les enfants ont livré ce lundi matin le fruit de leur réflexion à la ministre des Droits des femmes et son collègue de l’Éducation nationale. « Une dinette, c’est pour les filles ou les garçons ? », demande la maitresse. « C’est aussi pour les garçons », répond docilement la classe. « Pourquoi c’est aussi pour les garçons ? », insiste l’enseignante. « Parce qu’on peut faire du bricolage », tente Lorenzo, 5 ans, pull noir et coupe courte à la mode.

« A cet âge-là, ils n’ont pas tant de stéréotypes que ça », concède Julie Doussière, une fois la cohorte ministérielle partie. C’est tout juste si les garçons évitent le rose parce que « le rose c’est pour les filles ». « C’est à partir de sept, huit ans que cela commence, quand l’identité sexuelle s’affirme », avance Najat Vallaud Belkacem. Une analyse partagée par Guillaume Aubert, chargé d’une classe de CM1/CM2 qui note déjà chez ses élèves des « stéréotypes bien ancrés ». Ils sont le fruit, selon lui, de l’image renvoyée par les parents. « C’est toujours la mère qui passe l’aspirateur à la maison », pointe l’enseignant qui dénonce aussi la présentation « sexuée », d’après lui, des jouets dans les catalogues.

Dans cette classe des grands, les deux ministres discutent de métiers pour garçons et pour filles. « Il est dommage que des filles, qui réussissent pourtant bien à l’école, s’interdisent ensuite les filières scientifiques et d’ingénieur. Cela pénalise le pays entier », se désole Vincent Peillon. « Tous les enfants doivent pouvoir réussir de façon identique. »

« Madame, et c’est quoi votre métier ? » demande alors Nassim, 12 ans, à Najat Vallaud Belkacem. Avant que sa voisine Louise ne s’interroge sur le droit des hommes.

Photo : © Michael Augustin

Publié le : lundi 13 janvier 2014, par Michael Augustin

Réagir : 

 


Commenter :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Hommages spontanés aux victimes

Lyon en deuil

Des centaines de Lyonnais sont descendus dans la rue, pour rendre hommage aux quelque 130 morts et 350 blessés dans (...)
La suite
Des lunettes spéciales nécessaires

Éclipse solaire : attention aux yeux !

Ce vendredi 20 mars, une éclipse partielle du soleil sera visible en France. Les autorités mettent en garde contre « (...)
La suite
#noussommescharlie

Manifestation historique à Lyon pour la liberté d'expression

C'était la plus importante manifestation que Lyon n'ait jamais vue. Au moins 300 000 personnes, selon la (...)
La suite
Face à l'horreur

Charlie Hebdo : recueillement et indignation à Lyon

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées mercredi soir place des Terreaux à l'appel du Club de la (...)
La suite
Fêtes

Est-ce que le Père Noël existe ?

En 1897, la petite Virginia, une New-Yorkaise de 8 ans voulait en avoir le cœur net. Alors, elle a écrit au journal (...)
La suite
Bilan 2013

Pauvreté : le Secours catholique lance un appel au président

« Les personnes faisant appel au Secours catholique du Rhône sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus (...)
La suite
Projet Vénus

150 photos contre le cancer du sein

Sensibiliser les femmes, notamment dans les zones urbaines sensibles, au dépistage du cancer du sein, voilà (...)
La suite